Carnet de voyage hors des sentiers battus en France et autour du monde

Chez les frade de Gascogne

France

  • View Larger Image
    Découverte de la Gascogne - carnet de voyage France

Chez les frade de Gascogne

France

11 juin 2016

4 Commentaires

Dans les Pyrénées, Matteo m’avait parlé de sa Gascogne, celle de la fête, des copains et de la bonne chère. Chefs cuistots, producteurs d’armagnac, accordeurs de tondeuses, nous partons dans le Gers à la rencontre des fradé de Gascogne.

« Là… Là… Pas là… Là, peut-être… »

De la route, à 60 km/h, nous détaillons un à un les champs potentiels. Nous sommes sur les traces de l’incarnata, une orchidée sauvage. Le nez dans les fleurs des champs, nous battons la campagne à sa recherche. Comme pour les champignons, il faut chercher l’endroit, pas le champignon. Si j’étais un champignon, où aimerais-je vivre ?

« On va prendre les routes à trois grammes !
– Les routes à trois grammes ?
– Celles qu’on prend pour éviter les contrôles de police quand on a trop picolé. »

À la recherche des orchidées - Carnet de voyage dans le Gers
À la recherche des orchidées - Carnet de voyage dans le Gers
Découverte de la Gascogne - Carnet de voyage dans le Gers

Les orchidées

Matteo connaît un par un les champs du Gers où poussent les orchidées. Au plus fort de sa passion, trouver de nouveaux specimens était devenu une véritable obsession. Il est allé jusqu’en Sicile en voiture pour en rencontrer…

Parce qu’une orchidée se rencontre ! À chaque nouveau spécimen, la formule est la même :

« Mathieu, je te présente l’orchis… »

… Ophréis, mouche, pourpre, militaire, grenouille, homme pendu, bécasse, singe, scolopax, lexiflora, ses copines ont des noms qui varient suivant leur forme. Leur stratégie, elle, est toujours la même : imiter l’animal à séduire et le couvrir de pollen durant la copulation.

À voir Matteo tourner autour des specimens, le stratagème marche aussi sur l’homme… Penché en avant, il tente d’apercevoir les tiges vert-clair qui se distinguent du reste de la prairie. Pas d’incarnata ! Tristesse, inquiétude… Aurait-elle quitté définitivement le Gers ?

Un casse-croûte gascon au sommet d’une colline nous console. Et nous ouvre l’appétit.

Le festin

Bruno – pour nous, c’est« Brou » – nous attend de pied ferme. Il a exceptionellement fermé son restaurant « Le pachamama » pour préparer une armée de petits plats en l’honneur de son fradé Matteo. Il attend l’avis de l’ancien cuistot.

Dégustation de flocs de Gascogne accompagné d’une poêlée de couteaux cuits à l’âtre en apéritif. Suivent une crème brûlée au foie gras et un fromage blanc-fêta-coulis de tomate sucré. On n’en est qu’aux entrées et je n’ai déjà plus très faim.

Les quatre plats principaux arrivent ensemble sur la table. Lingue béchamelle à l’orange,
gratin de légume, gigot confit, rognons d’agneau. Tout est trop bon pour ne pas faire honneur, mais je commets une erreur : tout goûter. KO technique ! Je rends visite au potager restituer à la pachamama le trop plein de gourmandises.

Impasse sur les quatre desserts. L’armagnac méritera bien son nom de digestif.

L’armagnac

Gilles distille l’armagnac par passion. Seize ans qu’il le laisse vieillir en fût sans vendre une goutte de sa production. La dernière distillation a eu lieu le week-end précédent et Matteo est venu chercher un peu de blanche pour ses macérations. On transvase quelques litres au siphon, à la lumière de la lampe de poche. Ambiance prohibition.

– Je peux mettre tes coordonnées sur le blog, si tu veux…
– Surtout pas, surtout pas !! Pour vivre heureux, vivons cachés.

Dans le chaix, il y a de la moisissure par terre. Gilles plonge sa fiole dans les bariques en remontant les années, de 2016 jusqu’à 2000. La dégustation continue au Pachamama, où le digeo se fait bien sûr à l’armagnac. Suivi d’un armagnac. Suivi d’un armagnac. Ténarèze de Ladevèze, excellent. Et puis on tombe sur Inge, un vieux copain… Et qu’est-ce qu’on boit ? On ressort l’armagnac.

Hasard des rencontres, le padre est en terrasse.

On ne boît plus rien.

Dégustation d'Armagnac - Carnet de voyage dans le Gers

Les mécanos

La tournée des frade continue chez Pierre où l’on va prendre le café. Un labyrinthe de réservoirs, de roues, de carcasses défend les abords de la ferme. Pierre est ferrailleur. Mais surtout, Pierre est mécano. Depuis quarante ans, l’atelier n’a pas bougé. Le même petit établi en bordel sur lequel il accomplissait des miracles et ressuscitait les mobs des copains.

Aujourd’hui, sa spécialité, ce sont les tondeuses. Débroussailleuses, mini-tracteurs, motoculteurs… Les modèles s’entassent dans le jardin de la ferme. Ils n’en ressortiront que par la force des clés à molette.

Chez le beau padre aussi, ça bricole. Matteo lui a rapporté des fromages des Pyrénées, il ne repartira pas sans quelques artichauts du jardin. Mais c’est dans son garage que le paysan à la retraite nous entraîne. Il met la dernière touche à son nouveau filtre à huile. Ici, on roule à l’huile de friteuse.

Celui qui inventera le moteur à la graisse de canard fera fortune dans le Gers.

Vous avez apprécié cet article ?

Notez, likez, partagez !

Chez les frade de Gascogne
4.7 (93.33%) 6 votes

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Fin de partie dans les Cévennes - Carnet de voyage France

France

17 avril 2017

Quatre saisons en France. J’avais décidé que ce voyage durerait un an et que je passerais l’hiver là où il y aurait de la neige. L’itinéraire des neufs premiers mois […]

En Lozère, randonnée sous le signe des vautours - Carnet de voyage France

-

5 novembre 2016

C’est la fin du voyage à pied. Une dernière étape placée sous le signe des vautours. Il y a eu un début, il doit y avoir une fin. Des falaises […]

Fin de partie dans les Cévennes - Carnet de voyage France

-

1 novembre 2016

Voyager à pied me semblait la seule manière valable de découvrir la France des campagnes. Mais aux portes des Cévennes, mon corps me parle une seconde fois.

Sur les grands causses, champs d'éoliennes et camps militaires - Carnet de voyage France

-

25 octobre 2016

Du plateau du Lévézou au Causse du Larzac, ma traversée reprend de la hauteur à travers le parc naturel régional des grands causses. De champs d’éoliennes en camps militaires, je […]

 

4 commentaires

  1. Rougé Catherine 12 juin 2016 at 22 h 07 min - Reply

    Ah le Pachamama à Vic, c’est notre halte « obligée » dans notre route entre le Tarn et les Landes 🙂 Pile-poil à mi-chemin on s’y régale pour pas cher. Une vraie bonne adresse 🙂

    • Mat 13 juin 2016 at 12 h 46 min - Reply

      Ah ça, Catherine, ça va faire plaisir à Bruno !!! 🙂

  2. mélaine 18 juin 2018 at 13 h 48 min - Reply

    Super votre passage à France Inter ce midi ! Message entendu: « pourquoi, parfois aller chercher loin ce qu’on peut trouver à coté ». J’aime. Je vais veiller ma boite aux lettres, votre livre commandé ce jour : )
    et ce blog Les voyages de mat est bien fait… pas mal tout ça. Bonne journée.

    • Mat 18 juin 2018 at 14 h 19 min - Reply

      Merci Mélaine ! Le livre part aujourd’hui 🙂 J’espère qu’il vous plaira.
      Et merci pour le blog, j’y mets du coeur. Il faut bien essayer d’être à la hauteur des trésors qu’on découvre sur la route !
      Bonne journée !
      Mathieu

Laissez-moi un petit mot

Renseignez le code suivant

Carte diagonale du vide

Recevez la carte des plus beaux endroits de France

en vous inscrivant à la newsletter

44 idées de lieux, de balades et de week-end au vert


 

Partagez55
Tweetez
Enregistrer
+1
55 Partages