Carnet de voyage hors des sentiers battus en France et autour du monde

Îles éoliennes, mode d’emploi

Sicile

  • View Larger Image
    Les îles éoliennes, mode d'emploi

Îles éoliennes, mode d’emploi

Sicile

19 juin 2019

9 Commentaires

Au large de la Sicile, les îles éoliennes sont un archipel perdu entre ciel et mer. Sept îlots volcaniques nés de la rencontre sous-marine de l’Europe et l’Afrique, jetés dans la mer tyrrhénienne et qui réservent au voyageur quelques moments inoubliables !

Qu’il s’y prépare au mieux car les petits villages blancs accrochés à la pente accueillent durant l’été un tourisme balnéaire plutôt chic. L’intense activité volcanique qui vaut à l’archipel sa place au patrimoine mondial de l’humanité attire les volcanologues du monde entier. À moins que ce ne soit pour goûter cette savoureuse cuisine éolienne qui marie dans l’assiette poissons et herbes aromatiques.

Stations balnéaires très en vue ou bouts du monde confidentiels, chacune des sept îles possède ses spécificités et sa personnalité propre. Assister à l’éruption d’un volcan actif ou se prélasser sur une plage de sable noir, découvrir des ruines archéologiques avec vue sur la mer ou parcourir les ruelles d’un village sicilien… Comme souvent dans les archipels, le choix est large et les contraintes particulières. En trois questions, organisez votre voyage au pays des volcans et profitez de ce qu’il a de meilleur à offrir…

1. Quelle île éolienne choisir ?
2. Quand partir aux îles éoliennes ?
3. Comment se rendre aux îles éoliennes ?

Quelle île éolienne choisir ?

Parmi les sept îles que compte l’archipel, quelle île choisir ? Tout dépend de ce que vous cherchez. Pour les volcanologues amateurs (comme moi), Vulcano pour son cratère et Stromboli pour ses éruptions spectaculaires sont les îles à ne pas manquer. Lipari offre le parc d’hébergement le plus important. C’est aussi la mieux connectée. Elle peut servir de base pour des excursions à la journée vers le reste de l’archipel. Pour les amateurs de randonnée et de nature, Salina est la plus indiquée. Pour un séjour festif, Panaréa est un petit Saint-Tropez local que les stars ne dédaignent pas fréquenter. À l’écart du rythme du monde, Alicudi et Filicudi attirent les amateurs de calme, en quête de silence, d’inspiration et d’authenticité. Voici une introduction à chacune d’elles, ainsi que les récits de voyage associés à celles que j’ai visitées.

Vulcano - îles éoliennes - Sicile

Première île accessible depuis Milazzo, Vulcano est une introduction magistrale au volcanisme des îles éoliennes. Sur la péninsule de Vulcanello, fumerolles, bains de boue thérapeutique et monstres de lave pétrifiée. Quelques centaines de mètres plus haut, le sommet du grand cratère révèle un point de vue magnifique sur toutes les îles éoliennes. Pour un avant-goût ou un dernier aperçu des richesses que compte l’archipel.

À lire aussi :  Vulcano, dans les fumerolles du cratère

Lipari - îles éoliennes - Sicile

Parce que c’est la plus grande île des îles éoliennes – on les appelle aussi îles Lipari – et parce que leur histoire commence ici, Lipari joue en quelque sorte le rôle de capitale de l’archipel. Habitée dès le néolithique, ses 10 000 habitants ont vu se succéder Grecs, Romains, Normands et Espagnols dont le musée archéologique retrace l’histoire. L’île offre également le plus grand nombre d’hôtel. C’est donc naturellement le meilleur endroit où loger.

À lire aussi :  Lipari, carrefour des îles éoliennes

Salina - Îles éoliennes - Sicile

Si les îles éoliennes étaient une hélice, Salina en serait le pivot. Son volcan, la Fossa delle felci est le point culminant de l’archipel. Le sommet offre des points de vue sublimes sur les autres îles, tandis que le cratère de cette « fosse aux fougères » abrite une flore déclarée réserve naturelle. Propice à la randonnée, c’est l’île la plus verte de l’archipel

À lire aussi :  Salina, randonnée sur l’île végétale

Panaréa - île éolienne - Sicile

Panarea

La plus petite des éoliennes est également la plus chic. Les jolies villas blanchies à la chaux attirent un tourisme de luxe qui vient danser jusqu’au bout de la nuit sur le dance floor de l’hôtel Raya. Moins clinquants, les fonds marins et les eaux cristallines sont la vraie richesse de l’île. Le must : rejoindre en bateau l’un des îlots tout proches pour y pratiquer la plongée, le snorkeling ou le farniente.

Stromboli - Îles éoliennes - Sicile

Si l’île de Stromboli est la plus célèbre de toutes les îles éoliennes, le film d’Antonio Rossellini n’y est pas pour rien. Connue pour son activité volcanique intense, l’ascension du volcan Stromboli réserve aux amateurs de phénomènes naturels quelques souvenirs mémorables. Le spectacle permanent des éruptions stromboliennes, les explosions et les coulées de lave incandescente valent à elles seules le voyage dans les îles éoliennes…

À lire aussi :  Sur le dos du volcan Stromboli

Filicudi et Alicudi - Îles éoliennes - Sicile

Filicudi et Alicudi

À l’ouest de l’archipel, les îles de Filicudi et d’Alicudi sont deux petits paradis au relief accidenté, posés sur des cratères d’origine volcaniques et restés en retrait du tourisme. Les trois hameaux présents sur Filicudi comptent quelques restaurants et locations de scooters ; sur Alicudi, les petits sentiers muletiers qui traversent les cultures en terrasses font de l’île un authentique hâvre de paix. Pour profiter des côte rocheuses, des grottes marines et des petites criques sauvages, ne pas hésiter à louer une barque.

Quand partir dans les îles éoliennes ?

Autant que faire se peut, privilégiez les « ailes de saison ». L’été, les îles éoliennes sont une destination très courues des Italiens et l’ambiance est celle des stations balnéaires estivales : bruyante, populeuse et festive. Les prix sont en conséquence… Au printemps et à l’automne, la foule est moins dense, les logements bien plus abordables et l’organisation plus souple.

J’ai réalisé mon voyage début novembre en toute fin de saison et je n’avais rien réservé. Les hôteliers m’attendaient sur le ponton et me proposaient un appartement entier pour 20€ la nuit. Idéal !

îles éoliennes - en attendant l'aliscaf sur l'île de Salina

Comment se rendre dans les îles éoliennes ?

Aller en Sicile : En avion depuis la France, vols réguliers pour l’aéroport de Catane.

Se rendre à Milazzo (point de départ des bateaux pour les îles éoliennes) : depuis Catane, train pour Milazzo (3h de trajet – de 9 à 16€) ou navette (2h de trajet – 35€ via eolianshuttle – 25€ via eolnet)

Se rendre dans les îles éoliennes :
De Milazzo :
Les îles Éoliennes sont facilement accessibles en ferry (1h50) et en hydroglisseur (1h30). Deux compagnies desservent les îles éoliennes, Ustica Lines et Siremar. Les tickets peuvent se prendre directement sur le port hors saison.
De Palerme, Messine et Reggio en Calabre : La compagnie libertylines dessert une fois par jour les îles d’Alicudi, Filucudi, Salina, Lipari et Vulcano (4h40 – 60€ environ) de mi-juin à fin septembre.
De Naples : plusieurs compagnies proposent des trajets réguliers (6h – 100€ environ)

Et pourquoi pas à la voile ?
Et si vous en avez le temps (et les moyens), pourquoi ne pas louer un bateau pour caboter d’île en île au gré du vent ? Accès aux spots les plus inaccessibles et découverte de la faune marine qui foisonne dans les eaux de la mer Tyrhénienne… Pour un voyage encore plus inoubliable !

Îles éoliennes - sur le pont du ferry pour Milazzo
Îles éoliennes - L'aliscaf et les doigts d'éole

Vous avez apprécié cet article ?

Notez, likez, partagez !

Îles éoliennes, mode d’emploi
4.8 (95%) 16 vote[s]

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Vulcano -  iles eoliennes - Sicile

Sicile

25 juin 2019

L’île de Vulcano est la première des îles éoliennes accessibles depuis la Sicile. Une introduction magistrale au volcanisme au cœur du grand cratère.

Où manger à Rome - Les meilleurs restaurants

Italie

23 avril 2019

Où manger à Rome ? Du petit-déjeuner au dîner, je suis parti à la chasse aux meilleurs restaurants de Rome, bar à vins, pâtisseries et autres glaces…

Rome, premières impressions

Italie

21 avril 2019

Quelques impressions de mes trois premiers mois à Rome, à tenter de comprendre un peu où je suis et qui sont ces Romains chez qui j’ai aterri.

Lipari - îles éoliennes - Sicile

Sicile

13 février 2019

Lipari joue le rôle de capitale des îles éoliennes. Pour qui souhaite visiter la plus grande île de l’archipel, c’est ici que l’histoire commence…

 

9 commentaires

  1. Carole 7 juillet 2019 at 8 h 06 min - Reply

    Hello Mat
    Vraiment sympa tes voyages
    Mille merci de les faire partager
    Carole

    • Mat 7 juillet 2019 at 10 h 49 min - Reply

      Merci pour ton gentil mot Carole 🙂 Ça fait plaisir, j’y passe du temps (mais j’aime ça !)
      Les îles éoliennes sont un de mes coups de coeur, j’espère que les infos partagées pemettront un meilleur séjour !

  2. ahlem 24 juillet 2019 at 12 h 44 min - Reply

    Bonjour Mat,
    Merci de nous faire voyager depuis notre bureau 🙂
    Je compte aller une semaine en Sicile début septembre et me demandais s’il était possible de louer un vélo électrique pour découvrir Lipari. As-tu une idée?
    Merci
    Ahlem

    • Mat 24 juillet 2019 at 13 h 11 min - Reply

      Bonjour Ahlem,
      Avec plaisir 🙂 C’est une bonne question et sur le papier, le vélo électrique est une bonne idée. Dans les faits le scooter me semble bien plus adapté parce que 1. Lipari est une grande île et qu’en faire le tour prend du temps si tu as envie de faire des arrêts et 2. parce que ça monte très fort dés qu’il s’agit de s’aventurer dans les reliefs de l’intérieur et avec la chaleur, ça risque d’être pas mal de souffrance…
      À mon avis, le vélo électrique est plus indiqué pour de courtes escapades ou pour se limiter au tour de l’île (en faisant gaffe aux conducteurs locaux qui roulent comme des dingues). Côté adresses, j’ai trouvé sur GO eolie un magasin de location au croisement de la SP 181 et de la SP 179. Les prix sont de 20€ la journée. L’allure des vélos semble confirmer mes craintes… À toi de voir ! Je serais curieux de ton feedback. Bonnes vacances

  3. Lelfe 9 août 2019 at 20 h 25 min - Reply

    Bonjour! Je prépare aussi un voyage pour les îles éoliennes avec ma famille ( mon mari et les deux enfants de 7 et 9 ans). Ce serait sûrement pour la fin octobre , je crois que vous y êtes allé à la même période. ( nous du 23 au 29 octobre) pas trop de pluie?
    Est ce que les enfants peuvent grimper le volcan de vulcano sans danger? Et dernière question pour lninstant: est on obligé de réserver un hôtel /bob en avance ou peut on trouver sur place en cette fin de saison? Merci et quel plaisir de lire tous ces articles! Ça nous fait rêver!

    • Mat 10 août 2019 at 1 h 21 min - Reply

      Bonjour Delphine ! Merci pour votre commentaire sympa !
      Ah vous allez vous régaler 😀 Oui j’étais dans les îles éoliennes à la même période. Pas une goutte de pluie à déplorer. Pour les enfants sur Vulcano, pas plus de danger que pour le reste du groupe. S’ils savent pourquoi ils grimpent, ça devrait les motiver (je n’ai pas d’expérience personnelle mais j’ai cru comprendre qu’en fonction de la carotte, les enfants sont capables de tout…). Ils vont se faire des souvenirs pour la vie (si la météo est de votre côté, on n’est jamais sûr de rien). Côté logement, mon expérience personnelle était de n’avoir rien réservé et d’être attendu sur le ponton à mon arrivée sur chaque île par des loueurs ravis de trouver un client. Cela étant, j’étais seul, pas quatre et je pouvais me permettre ce genre d’improvisation. Je vous souhaite un beau voyage (mais je ne me fais pas trop de soucis…)

  4. Noémie 13 août 2019 at 20 h 17 min - Reply

    Bonjour, merci beaucoup pour l’article et les photos, ça donne envie 🙂
    Savez-vous s’il est possible d’emporter des vélos sur le ferry qui va dans les îles éoliennes ?
    D’avance merci 🙂
    Bonne soirée
    Noémie

    • Mat 13 août 2019 at 23 h 33 min - Reply

      Bonjour Noémie !
      Super cet engouement pour le vélo 🙂 Je n’ai pas trouvé l’info sur les sites des compagnies. En revanche, ce site qui raconte un tour de la Sicile à vélo en parle. Selon les auteurs, les vélos ne sont pas acceptés sur les hydroglisseurs mais le sont sur les ferrys – Siremar du moins (ils embarquent des voitures, ils ont bien la place pour une paire de vélos !). Il faut juste les accrocher au bastingage avec des tendeurs.
      Bonne route !

  5. Noémie 14 août 2019 at 11 h 33 min - Reply

    Super, merci de votre réponse ! Bonnes aventures 🙂

Laissez-moi un petit mot

Renseignez le code suivant

0 Partages
Partagez
Enregistrer
Tweetez