Au festival d’Avignon, la rue est un théâtre

-

Au festival d’Avignon, la rue est un théâtre

-

27 juillet 2013

Pas encore de commentaire

Chaque année, à Avignon, le théâtre descend dans la rue et la rue devient théâtre. On ne sait plus bien où finit le réel et où commence la comédie. Une atmosphère un peu folle qui ravit les festivaliers, du babacool lozérien au cultureux parisien.

Où croiser dans la même journée le pape, des Coréens qui tapent sur des tuyaux en plastique et Miss Café saluant la foule depuis sa Miss Café-mobile ? A Avignon, durant les trois semaines que durent le festival.

La guerre des pancartes

On y trouve de tout. A commencer par des pancartes. Les murs de la ville disparaissent sous une épaisse couche de papier et carton. La chasse au mètre carré est ouverte. Chaque grille, chaque panneau, chaque lampadaire est envahi d’un lierre d’affiches qui jouent les plantes grimpantes. Avec plus de 1200 spectacles représentés, les places sont chères et la visibilité cruciale.

Pour optimiser les chances d’être vu, tractage et parades sont le lot de chaque festivalier. Les troupes rivalisent d’inventivité. Plus encore que les pièces, c’est ce que je préfère à Avignon. Le théâtre quand il est dans la rue, car c’est la rue qui devient théâtre. Les mondes se mélangent. On ne sait plus bien où finit le réel et où commence la comédie.

Du théâtre dans la rue

Des gens annoncent au mégaphone la fin du monde. Des nonnes suivent en ricanant. Un piano juché sur un grand bi distille ses notes de rue en rue. Partout résonnent des airs d’accordéon, de banjo, de violon, de cymbalum, de flûte. Abritée sous une ombrelle, une femme en gilet bleu déambule, un peu hagarde, suivie de sa valise. À force de tourner pour tracter, elle a perdu tout point de repère. Et de se mettre à déclamer quelques tirades de son personnage, avant de réintégrer son propre elle-même.

Au bonheur des festivaliers

Place de la Mirande, au pied même du palais des papes, la foule s’extasie au passage d’un interminable cortège en cravates rose à damier et costumes gris. Brillante idée ! Quelle belle parade ! Et ce soucis du détail !  Les spectateurs sont ravis.

– Quel est le nom du spectacle ?

– Mais ce n’est pas un spectacle, Monsieur, c’est un mariage. Regardez les sabots que portent les hommes… La famille du marié vient de Lorraine !

Et ces cyclistes qui traversent la vieille ville en t-shirts microaérés, vélos profilés et lunettes de soleil, pour quel théâtre paradent… ? On n’ose plus demander…

Festival d'Avignon - Place du palais des papes

Festival d'Avignon - Place des corps saints

Festival d'Avignon - Chapô

Festival d'Avignon - Rien, un spectale comique

Festival d'Avignon - Piano-bi

Festival d'Avignon - Shakespeare dans la rue

Festival d'Avignon - Pour voix seule

Festival d'Avignon - Le manteau

Festival d'Avignon - Perdues

Festival d'Avignon - Le timide

Festival d'Avignon - Parade

Festival d'Avignon - La chemise !

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

Au festival d’Avignon, la rue est un théâtre
Notez moi !

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


-

10 juin 2013

Aux Baux de Provence, les tableaux des plus grands maîtres illuminent les façades d’une ancienne carrière. Des vitraux de lumière pour une cathédrale d’image qui donnerait bien envie de se […]

-

27 mai 2013

Changement d’image, changement de standing, changement de population… Avec Marseille Provence 2013, Marseille se réinvente. Et si le projet réussit, que restera-t-il du Marseille d’aujourd’hui ? Le souvenir d’une ville […]

-

En 2013, Marseille est capitale européenne de la culture. Un vent nouveau souffle sur la ville qui veut faire peau neuve. Le monde économique se frotte les mains. Les Marseillais, […]

-

Marseille est une ville au fort caractère. Populaire, métissée, rebelle… La cité phocéenne se révèle sous les regards croisés de trois de ses habitants. Alors que l’évènement Marseille Provence 2013 […]

 

Laissez un petit mot

Renseignez le code suivant

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer