Carnet de voyage hors des sentiers battus en France et autour du monde

La grande traversée du Morvan – Le silence des sapins

France

  • La grande traversée du Morvan - Carnet de voyage en France

La grande traversée du Morvan – Le silence des sapins

France

2 décembre 2015

6 Commentaires

La Grande Traversée du Morvan… Le nom avait quelque chose d’épique, un parfum d’aventure. Ça tombait bien, je n’avais rien prévu dans la Nièvre et je voulais laisser les hasards de la route guider mes pas. Je n’ai pas été déçu.

Jour 1 – Vallée du Serein

Gloussement de l’eau qui joue dans les rochers, fraîcheur de la forêt réveillée par l’averse, partout des mousses, des fougères, des arbres déracinés. La forêt m’abrite et crépite sous les gouttes de pluie.

Premier bivouac. Les hiboux hullulent, je me sens accueilli. Impression d’être de retour à la maison. Je dors en compagnie des araignées intrépides qui se sont faufilées dans la tente.

Grande traversée du Morvan - Le long de la vallée du Serein
Grande traversée du Morvan - Le long de la vallée du Serein
Grande traversée du Morvan - Le long de la vallée du Serein

Jour 2 – Saint-Germain-des-champs

La forêt et le bocage s’illuminent sous les trouées d’un ciel de granite. Je m’abrite en attendant la fin de l’averse. Arrivée à Saint Germain des champs. Le vent qui joue dans les tôles mal arrimées dérange le silence de ce village fantôme. Tous les volets sont fermés. Personne à qui m’adresser pour demander de l’eau.

Ciel psychédélique gris-orange au couchant. Nuit agitée dans une cabane de rondins. Grand vent au bord du lac de Crescent.

Grande traversée du Morvan - Du vent dans les branches

Jour 3 – Lac de Crescent

Le lac est une retenue d’eau artificielle. À l’abri derrière les piles du barrage, Maxime fait sa pause-déjeuner en plein air, malgré le crachin mauvais. Il parle avec respect du Morvan, terre pauvre, terre de refuge, terre hostile ; avec tendresse de la roche-mère, le granit du Morvan.

Climat hostile. Pas vraiment froid. Hostile. Ciel chargé et lumineux.

Paysage de bocage parsemé de petites tâches blanches – des vaches – quadrillé de haies parcourues de chemins. Les vallées laissent deviner les prochains sommets à gravir.

À Marigny-l’église, Aurélien, devant ma mine fatiguée, sort un carnet d’ordonnance.  L’auberge-épicerie-bar-relai poste du Crescent est aussi… cabinet de poésie générale ! Voilà ma prescription :

La prochaine fois que je viendrai au monde,
Je transcrirai chaque minute dés le début,
Je n’en consommerai pas une seule sans réfléchir d’abord
Et, le cas échéant, j’arrêterai le temps pour qu’il attende ma décision. (Penti Holappa)

Apprendre après chaque repas

Je me sens tout de suite mieux.

Le Morvan est un désert médical ; Château-Chinon, la première sous-préfecture de France privée de médecin généraliste.

Grande traversée du Morvan - barrage de Crescent
Grande traversée du Morvan - Le quotidien
Grande traversée du Morvan - Dans les rues de Marigny-l'église
Grande traversée du Morvan - Dans les rues de Marigny-l'église

Jour 4 – Marigny-l’église

Au foyer communal, je partage mon enthousiasme pour le cabinet de poésie générale avec la gérante. Elle grimace. Combien de temps cela durera-t-il ? Le lieu porte la poisse. Coucheries, tromperies, divorces… Depuis qu’elle vit ici, aucun couple n’y a survécu.

Dehors, vent violent, pluie serrée, ciel noir. Des fenêtres de bleu apparaissent et disparaissent comme des hublots. Le temps est en colère. La moitié de la France est en alerte orange.

Je pense faire quelques images, ouvre le velux. Vent violent qui s’engouffre. Je referme en catastrophe.

Nuit parmi les ronflements. Finalement, vaut-il mieux avoir froid seul dans une tente ou chaud à plusieurs au pays des grizzlis ?

Grande traversée du Morvan - Ciel de tempête

Jour 5 – Le petit Québec

La tornade de la veille a suivi une autre vallée. Les lits des rivières sont désormais en eau, les cascades cascadent, mais en dehors des toits envolés et des arbres arrachés dans le village, pas de trace de l’apocalypse.

La roche-mère affleure par endroits en coussins rebondis. Les champignons s’organisent en conférence, prennent place au pied d’arbres-gradins. La chasse aux cèpes est ouverte.

Je fais route avec Richard, un jeune retraité québecois qui m’a surpris en pleine écoute de ruisseau. Son pays doit lui manquer. Il m’en parle toute l’après-midi.

Sait-il qu’on surnomme le Morvan « le petit Québec » ? Je demande son avis de spécialiste. Même si les allées d’arbres rectilignes l’étonnent, il concède, devant les coins les plus beaux et les plus sauvages :

« Oui ! Là, par exemple, on pourrait être au Québec. »

Douce pénombre à l’abri des grands sapins.

Grande traversée du Morvan - Après l'orage
Grande traversée du Morvan - Route barrée
Grande traversée du Morvan - Un randonneur pugnace

Jour 6 – Dun-les-Places

Le sol disparaît sous un tapis de mousse. Tout ce qui tombe au sol semble irrémédiablement envahi, avalé, digéré, recouvert. Humidité et froid pénétrant. Pour la première fois du voyage, mon chèche me protège du froid, non de la chaleur. Ma boussole en perd le nord. Chaos magnétique.

À Montsauche-les-Settons, le monde se retrouve autour d’un repas à l’Esquipot : des parisiens en résidence secondaire, un couple grenoblo-marseillais installé dans la région, des autochtones néerlandais (les gallo-bataves, un concept local), des anglais…

Depuis que le dernier troquet a fermé, c’est le seul endroit où trouver un peu de chaleur humaine. Chaque vendredi, le café associatif organise repas et spectacle.

La question du jour (et même des derniers jours) : où sont les Morvandiaux ?

Grande traversée du Morvan - Des sapins à perte de vue
Grande traversée du Morvan - Pompe à essence
Grande traversée du Morvan - Du granit sur les murs

Jour 7 – Montsauche-les-Settons

Petit déjeuner avec Françoise et Carlos, membres piliers de l’Esquipot. On rentre un peu dans la « cuisine » de l’asso, son mode de fonctionnement… Tout repose sur les cotisations et les bénéfices générés à chaque événement.

Et la mairie ? Subventions ? Prêt du local ? Logistique ? Rien du tout. Pour eux, il n’y a aucune volonté politique de faire bouger le territoire. Ces terres en sommeil sont les chasses gardées électorales de maires de carrière. Carlos garde un goût amer des dernières élections municipales. Il voulait réveiller les consciences ; il a perdu.

Son combat d’écologiste convaincu continue au quotidien. Le fléau des sapinières sur l’environnement, la raréfaction de la faune et de la flore, la disparition des forêts de feuillus, la surexploitation forestière et l’appauvrissement de la terre… Les sujets ne manquent pas.

Je regarde d’un autre œil les jolies forêts de conifères plantées en rangs bien alignés, l’odeur acide des ascieries et les stocks d’arbres dépecés qui montent jusqu’au ciel.

Nuit au bord du lac, non loin d’infrastructures touristiques désertées.

Cachés dans la végétation, les sommets du Haut Morvan – le plus secret, le plus sauvage – m’attendent. Les animaux aussi…

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

La grande traversée du Morvan – Le silence des sapins
5 (100%) 4 votes

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Voyage à pied en France - carnet de voyage

France

9 avril 2017

Que retenir de ce voyage à pied en France ? Coup d’oeil dans le rétro sur les neufs premiers mois de marche à travers la diagonale du vide. Des Ardennes […]

Mont Beuvray - Une course contre le soleil

-

17 décembre 2015

Le Mont Beuvray offre les plus beaux points de vue sur le Morvan. Levé aux aurores, j’espère capturer les premières lueurs du jour. Ma randonnée nocturne se transforme vite en […]

La grande traversée du Morvan - Carnet de voyage en France

-

9 décembre 2015

Du lac des Settons aux vallées du Haut-Morvan, deuxième partie de la grande traversée du Morvan. C’est le week-end d’ouverture de la chasse. Les langues se délient et les animaux […]

Vézelay, sur les chemins de Saint Jacques - Carnet de voyage en France

France

17 novembre 2015

Sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, Vézelay est un lieu particulier. La colline éternelle aimante les visiteurs. Pèlerins, touristes, marcheurs… On y trouve tout et son contraire.

 

6 Comments

  1. Julie - La Boucle Voyageuse 5 décembre 2015 at 15 h 31 min - Reply

    Jolies photos ! Je n’ai pas eu l’occasion de m’aventurer dans le Morvan mais cela à l’air calme, reposant mais un peu triste aussi à te lire…

    • Mat 5 décembre 2015 at 17 h 28 min - Reply

      Merci Julie !
      Mmmmm… Disons que c’est trop sauvage pour être complètement calme et reposant 😉 Peut-être en été ? Parce que les tempêtes et les incursions d’animaux ne m’ont pas trop reposé, je dois dire 😉 Vivifiant, je dirais.
      Triste ? Je ne m’étais pas rendu compte… Moi je vois des gens qui se battent et qui font avec dans un contexte pas facile. Quant au vide, je commence à ne plus le voir. Il fait parti du voyage.
      Moi je te recommande d’y mettre les pieds, comme ça tu te feras une idée !

      • ben 31 décembre 2015 at 1 h 30 min - Reply

        merci MAT?
        de part tes superbes photos et tes commentaires j’ai eu l’impression de voyager avec toi,très sympa.
        bonne continuation et j’espère une autre traversée

        • Mat 31 décembre 2015 at 1 h 46 min - Reply

          Cool ! C’est bien l’objectif de mon blog 🙂
          D’autres traversées à venir, oui ! Celle de la Brenne (un des territoirs les moins peuplés d’Europe) dans les jours qui viennent et celle des Pyrénées en février !
          Merci de ton passage par ici Ben !

  2. emmanuel 29 décembre 2015 at 22 h 34 min - Reply

    SUPERBE compte rendu merci
    tu as commencé vers courcelles fremoy?

    • Mat 29 décembre 2015 at 22 h 47 min - Reply

      Merci Emmanuel 🙂 Je me suis régalé !
      Je suis parti d’Avallon, dans l’Yonne, juste après les jardins suspendus. C’est là que commence la grande traversée du Morvan, il me semble…
      Ensuite, j’ai un peu mélangé les itinéraires, entre GR, GR de pays et sentier des pélerins…

Leave A Comment

Renseignez le code suivant

Carte diagonale du vide

Recevez la carte des plus beaux endroits de France

en vous inscrivant à la newsletter

44 idées de lieux, de balades et de week-end au vert


 

Partagez1.0K
Tweetez
Enregistrer2
+1
1.0K Partages