Carnet de voyage hors des sentiers battus en France et autour du monde

Comment voyager plus léger (pour la planète) ?

-

  • View Larger Image
    Tourisme durable, comment voyager plus léger ?

Comment voyager plus léger (pour la planète) ?

-

2 février 2020

Pas encore de commentaire

Le tourisme durable comme solution au réchauffement climatique ? Pour les voyageurs qui se soucient de leur bilan carbone, l’industrie du tourisme et des transports propose des solutions. Si celles-ci vont dans le bon sens, elles ne sont pas à la hauteur des enjeux actuels. En attendant que ça bouge là-haut, voici quelques bonnes pratiques pour réduire le bilan carbone de nos voyages à notre niveau.

En novembre dernier, à l’invitation du festival atmosphères, je participais à une table ronde sur le thème « repenser le tourisme ». Y participait également Michel Gioria, le directeur de l’ADEME île-de-France, dont les mots faisait mouche :

« Le secteur du tourisme c’est 8% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, c’est la moitié des émissions de gaz à effet de serre émis par l’Europe.

Le tourisme, avec le numérique et la mode, fait partie des trois secteurs d’activité au niveau mondial qui, à eux seuls, sont en capacité de remettre en question la réussite des politiques de lutte contre le changement climatique.

Le tourisme est un secteur qui doit complètement se réinventer. Partir s’aérer avec des micro-voyages, faire rentrer ses activités touristiques dans un bilan carbone individuel est essentiel. »

Une chose est sûre : pour réduire l’empreinte carbone de nos voyages et généraliser la pratique du tourisme durable, rien ne se fera sans la mise en place à grande échelle de lois contraignantes par des instances supérieures. Cela étant, au niveau individuel, il est d’ores et déjà possible de voyager sans plomber son bilan carbone.

Voici donc quelques bonnes pratiques parmi lesquelles piocher pour rendre vos voyages un peu plus durables et quelques ressources qui vous donneront des idées pour voyager plus léger :

1. Voyagez moins loin
2. Changez de moyens de transport
3. Prenez le temps
4. Sortez des sentiers battus

Le tourisme durable commence par voyager local

Voyagez moins loin

En matière d’émission de gaz à effets de serre, les transports représentent la grande majorité de l’impact sur l’environnement de votre voyage. Autrement dit, moins vous voyagez loin, moins vous polluez.

Nous avons la chance d’habiter en France, dans le plus beau pays du monde, comme je l’ai entendu à maintes reprises partout où j’ai voyagé (sans parler des soupirs d’admiration lorsque je disais que j’habitais Paris). Avant d’aller voir ailleurs si l’herbe y est plus verte, pourquoi ne pas aller découvrir les hauts plateaux du Cézallier, les reliefs du Pays basque, les forêts des Ardennes ou du Morvan ?

À lire aussi :  Pourquoi voyager en France ?
À lire aussi :  Sept week-end nature en France

Rien de tel que la marche pour voyager autrement,

Changez de moyens de transport

Selon cette étude sur l’impact du tourisme sur le changement climatique75% de l’impact de nos voyages est lié au transport. Pour voyager responsable, il s’agit donc de commencer par repenser sa manière de se déplacer.

Emissions de CO2 par passager et par kilomètre

Exit l’avion, pensez à des alternatives. Elles remettront le déplacement au cœur de votre voyage et lui donneront une autre saveur. C’est l’essence même du slow travel.

 Prendre le train

En matière d’émissions de CO2 par passager au kilomètre, le train est le moyen de transport (motorisé) le moins polluant (20 fois moins que l’avion selon les données). Il permet de parcourir de longues distances relativement confortablement, de parvenir directement en centre-ville, de transporter un vélo… Pour savourer le paysage, rien de tel. Et si vous êtes plutôt lecture, un long trajet en train avec un bon bouquin vous paraîtra trop court !

À noter que sur des très longues distances, les trains de nuit sont également une option à considérer ! (Par ici pour la liste des trains de nuit et la super carte des trains de nuit en Europe)

 Voyager à vélo

Voyager à vélo offre un bon compromis entre le voyage sans moteur et la possibilité de parcourir des kilomètres. Si vous avez du temps, vous pouvez partir loin. Mon premier long voyage m’a mené autour du monde à vélo, à la recherche des musiques du monde. Un voyage initiatique, l’apprentissage de la liberté… 25 000 kilomètres de bonheur !

Le vélo se marie également très bien avec le train, une grande partie des rames permettant d’embarquer des vélos à bord. En France comme à l’étranger, c’est une bonne manière de voir du pays au contact de la nature (ici, la liste des trains qui acceptent des vélos à bord)

En Europe, un réseau dense offre de nombreuses idées d’itinéraires. Ce sont les Eurovélos, l’équivalent des sentiers de grande randonnée. 19 véloroutes sont actuellement en phase d’être terminées. Elles devraient l’être pour la fin 2020.

 Faire de la voile

Quitter pour quelques jours le plancher des vaches et embarquer sur un voilier, pourquoi pas ? Si les subtilités des nœuds et la promiscuité de la vie à bord ne vous font pas peur, un voyage en bateau offre une expérience à coup sûr dépaysante. Le site de la
bourse des équipiers met en relation les propriétaires à la recherche d’un équipage et les équipiers en quête d’un voilier.

Pratiquer la marche

L’idée n’est pas de vous rendre sur votre lieu de vacances à pied, mais d’organiser votre voyage autour de la marche. C’est le rythme le plus naturel et le plus libre, celui qui vous réserve probablement le plus de surprises et vous assure une liberté totale de déplacement. En France où le réseau de sentiers de grande randonnée est immense (180 000 km selon la FFRandonnée), les possibilités sont infinies. À raison de 4 km/h, vous verrez moins de choses mais vous rencontrerez plus de monde et vous serez en prise direct avec votre environnement. Rien de tel pour se reconnecter à la nature, mais aussi à soi. Parole de marcheur. Et si vous n’avez pas emporté la tente, vous trouverez peut-être une cabane où vous héberger ?

À lire aussi :  Voyage à pied en France : les 9 premiers mois

Pratiquer le slow travel pour profiter du temps du voyage

Prenez le temps, arrêtez de courir

Plus on va vite, plus on consomme. C’est un fait avéré, en matière de budget comme en matière de bilan de carbone. Si le temps c’est de l’argent, le temps, c’est aussi du CO2. Prendre le temps permet de réduire considérablement son impact sur l’environnement. Mais c’est bien plus que ça.

S’ouvrir à la lenteur, c’est se rendre disponible à l’imprévu et aux rencontres, s’accorder la possibilité de faire son propre voyage. Se perdre, arrêter de prévoir et prendre ce qui vient sur la route. Je n’ai jamais été déçu par ce type de voyage qui donne le sentiment de faire SON propre voyage, de tisser un lien particulier, personnel, avec le pays ou la ville où l’on se trouve.

Vivre des expériences qui nous enrichissent, agrandissent un peu notre vision du monde, ouvrent des fenêtres sur des réalités auxquelles nous n’avions pas accès, pas même conscience, n’est-ce pas ce pour quoi nous voyageons ?

À lire aussi :  slow travel : ça change quoi de voyager lentement ?

 

Sortir des sentiers battus pour échapper au tourisme de masse

Sortez des sentiers battus

Dans un monde où le tourisme se généralise et s’homogénéise, le tourisme de masse menace les équilibres environnementaux et économiques des populations qui vivent là où d’autres ne font que passer. Venise, Lisbonne, Barcelone, Berlin… La liste s’allonge d’années en années.

Une solution consiste à aller là où d’autres ne vont pas : fermer les guides, suivre son instinct et se laisser guider par la route. Lorsque l’inattendu et les rencontres s’immiscent, le voyage commence.

C’était le pari de ma traversée de la France à pied à travers la diagonale du vide : traverser des endroits où il n’y a « rien à voir » et aller chercher l’exotisme là où on ne l’attend pas. Je n’ai pas été déçu. C’est mon plus beau voyage.

À lire aussi :  Avion et climat : faut-il choisir ?
À lire aussi :  Moins prendre l’avion : jusqu’où irez-vous ?
À lire aussi :  Slow travel : ça change quoi de voyager lentement ?

Curieux de traverser la France à 4 km/h hors des sentiers battus ?  Découvrez mon livre !

Vous avez apprécié cet article ?

Notez, likez, partagez !

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Le Cantal à vélo - Puy Mary et parc naturel régional des volcans d'Auvergne - Carnet de voyage France

-

10 avril 2020

Peut-on encore voyager ? Dans ouvrage La vie est ici – voyager encore ? Rodolphe Christin propose une réflexion particulièrement d’actualité sur la question du voyage en lui-même et de ses possibilités […]

Sani pass watching

-

17 janvier 2020

De l’écriture à l’auto-édition, de l’indépendance éditoriale au développement de l’audience, du loisir à la professionnalisation, bilan pour les 5 ans de mon blog voyage.

Moins prendre l'avion - jusqu'où irez vous ?

-

5 janvier 2020

Comment assouvir vos envies de voyage sans exploser votre bilan carbone ? Jusqu’où êtes-vous prêt à aller pour moins prendre l’avion ?

D'une autre planète

-

31 décembre 2019

Accepterez-vous de ne plus prendre l’avion ? En 2019, les préoccupations pour le climat et l’impact du tourisme sur le réchauffement climatique ont placé l’avion au centre des débats.

 

Laissez-moi un petit mot

Renseignez le code suivant

119 Partages
Partagez119
Enregistrer
Tweetez