Carnet de voyage hors des sentiers battus en France et autour du monde

Stromboli, sur le dos de la bête

Sicile

  • View Larger Image
    Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes

Stromboli, sur le dos de la bête

Sicile

7 décembre 2018

2 Commentaires

L’île de Stromboli est la plus célèbre de toutes les îles éoliennes. Connue pour son activité volcanique intense, l’ascension du volcan Stromboli réserve aux amateurs de phénomènes naturels quelques souvenirs inoubliables. Le spectacle permanent des éruptions stromboliennes, les explosions et les effusions de lave incandescente… Je touchais au but de mon voyage en Sicile.

Depuis mon hublot, je contemple les deux monticules rocheux qui émergent de l’eau et pointent vers le ciel, au large de la falaise : les doigts d’Éole. J’avais saisi leur forme depuis le sentier de randonnée sur l’île de Lipari.

Les îles éoliennes sont au coeur des mythes grecs depuis l’antiquité. Si l’Etna abrite les cyclopes, Homère situe Éole le maître des vents sur « une île qui flotte : une côte de bronze, infrangible muraille, l’encercle tout entière ; une roche polie en pointe vers le ciel » : Stromboli.

Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes
Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes
Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes

Stromboli hors saison

Des accents russes, allemands, moins souvent italiens me parviennent des banquettes avant de l’aéroglisseur. Nous sommes les derniers rescapés des hordes de touristes qui envahissent chaque été les îles éoliennes. Les rues grouillent de vie, les pensions sont prises d’assaut, tout est réservé des semaines à l’avance. Mais en ce début du mois de novembre, la saison arrive à son terme.

À chaque ponton, les hôteliers attendent le visiteur :

« Vous cherchez une chambre ?
– C’est combien ?
– 15€. L’appartement tout équipé, avec une cuisine.
– D’accord ! »

Je me paye même le luxe de ne pas négocier le prix. Tout est simple. J’ai bien fait de ne rien prévoir.

Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes

Stromboli, l’île-volcan

C’est Sigrid qui m’accueille à l’embarcadère. Je charge mes affaires sur la plateforme de sa mini-voiture et nous remontons dans un silence électrique la via Roma bordée de murs blancs et débordée de bougainvillées aux couleurs vives jusqu’à la casa Frank.

Des 3000 personnes qui habitaient l’île au début du vingtième siècle, il n’en reste que 150 une fois les vacanciers partis. Le mildiou a décimé les vignes qui constituaient l’activité principale de l’île, avec la pêche. Désormais, les barques amènent les touristes pour une séance d’observation nocturne des éruptions et des coulées de lave.

Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes

Avec ses empilements successifs de coulures et de plaques, l’île de Stromboli ressemble à un gros bougeoir allumé depuis des temps immémoriaux. Le « phare de la Méditerranée » projette des lambeaux de lave qui font désormais toute l’attraction de l’île. À la nuit tombée, les bateaux prennent la mer pour observer de loin le volcan exhaler son souffle chaud, laves et scories retomber lourdement le long du chemin de feu et dévaler en fumant jusqu’à la mer.

Je ne veux pas de cette balade horizontale. Je veux de la pente, monter sur le dos de la bête !

L’ascension du volcan Stromboli

L’ascension du volcan Stromboli ne se fait que par groupes accompagnés et j’ai organisé tout mon voyage dans le seul but de pouvoir prendre part à la dernière ascension de la saison.

Dans le local de l’agence Magma trek, les participants enfilent chaussettes et chaussures de randonnée dans une atmosphère recueillie. Pour tromper l’excitation, je musarde silencieusement entre les photos d’éruptions et de lave en fusion ramenées des ascensions précédentes.

Sur les clichés, le spectacle a l’air anecdotique. Au seuil de réaliser l’un de mes rêves, je me prends à douter. Sera-t-il à la hauteur ? Les nuages ne troubleront-ils pas la vue ? Discernera-t-on les effusions de lave ? De près ?

Intérieurement, je bouillonne.

La dernière ascension de la saison

Le sentier s’extirpe du village de Stromboli en traversant des jardins dont la végétation me semble démesurée. Des plants de tabac (?), figuiers, absynthe odorants qui laissent peu à peu place à une broussaille rase recouvrant les rides au pied du cratère. Le point de vue sur le port se fait de plus en plus impressionnant au fil de l’ascension.

Il faut une petite heure de marche pour que nos chaussures fassent crisser les premières poussières de lave, accumulation de cendres et de roches friables. Quelques « bombes volcaniques » attestent de l’activité récente du volcan. Nos casques ne sont pas vains.

Le sentier monte en zigzaguant et la pente se fait plus raide. Un replat annonce finalement le dernier pan avant la plateforme d’observation.

Au bord du volcan

La nuit commence à tomber lorsque nous atteignons le sommet de la caldera. En contrebas, reflétés par un épais nuage de fumée, les rougeoiements du cratère s’expriment en grondements sourds et profonds qui résonnent jusque dans nos os. Je me sens microbe, perché sur le dos d’un monstre à la respiration colérique.

Et puis c’est la première explosion, un feu d’artifice de lave, avec ses projections tout en accélération et ses lambeaux de roche inertes qui retombent au ralenti, comme soumis à un temps et une gravité différents.

Quelle puissance, le Stromboli !

Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes
Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes
Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes
Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes
Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes
Sur l'île de Stromboli, l'ascension du volcan - carnet de voyage îles éoliennes

Un hiver sur l’île de Stromboli

Lorenzo, notre guide, a fait sa première ascension lorsqu’il avait 6 ans. Il revient travailler ici chaque saison.

« Il faut le silence dans sa tête pour pouvoir supporter le calme d’un hiver à Stromboli. »

Lucas, qui l’accompagne, travaille dans la finance à Paris. Le calme et la solitude, c’est justement ce qu’il est venu chercher ici mais il ne sait pas encore s’il va rester. Les restaurants, les bars, l’activité touristique, tout s’arrête à partir de novembre, laissant l’île aux vulcanologues et aux autochtones.

Je repense à Sigrid, à son accent allemand, à son air un peu absent. Qu’est-ce qu’on vient chercher lorsqu’on arrive dans un endroit pareil. Une retraite ? Un refuge ? L’isolement ? La liberté ?

Vous avez apprécié cet article ?

Notez, likez, partagez !

Stromboli, sur le dos de la bête
5 (100%) 2 votes

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Etna - excursion au sommet du volcan

Sicile

14 novembre 2018

Catane, Sicile, première étape d’un séjour volcanique vers les îles éoliennes. Introduction passionnante aux liens qui unissent les volcans et les hommes.

France

26 mars 2017

Le retour de voyage est une drôle d’expérience. Alors que le mouvement cesse physiquement du jour au lendemain, l’esprit lui met du temps pour revenir. Après ce long voyage en […]

Festival de Fès - Musique dans la médina

Maroc

24 mars 2015

Au festival de Fès, les musiques sacrées oeuvrent pour le dialogue entre les peuples et la paix dans le monde. Dans le même temps, dans la médina de Fès el-bali, […]

Un trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas

Maroc

20 février 2015

Déjà deux jours de marche nous séparent d’Amtoudi. Nous avons suivi le canyon, gravi la falaise. À chaque virage, à chaque nouveau tableau, un nouvel émerveillement. Suite et fin du […]

 

2 commentaires

  1. DUBI 15 décembre 2018 at 10 h 31 min - Reply

    Je commence à sérieusement vieillir; la condition physique n’est plus là pour réaliser ce rêve que j’avais, moi aussi, d’aller à la rencontre des volcans. Merci Mat de me faire voyager par des yeux, ton cœur et ton enthousiasme !

  2. Mat 16 décembre 2018 at 21 h 33 min - Reply

    Merci Dubi ! Ah quel dommage ! Pourtant ce n’est pas très haut, moins de 1000 mètres. La montée est moins raide lorsqu’on attaque par l’autre face, paraît-il. Si jamais c’est vraiment compromis, alors je suis heureux de t’avoir au moins fait partager mon enthousiasme. C’est vrai que les volcans me fascinent depuis tout jeune. Haroun Tazieff était mon héros. Voir ça de ses yeux, c’est un rêve éveillé ! J’espère en voir d’autres…
    Merci d’être passé par ici 🙂

Laissez-moi un petit mot

Renseignez le code suivant

Partagez7
Tweetez
Enregistrer
+1
7 Partages