Carnet de voyage hors des sentiers battus en France et autour du monde

Beelitz, temple de l’urbex berlinoise

Berlin

  • View Larger Image
    Beelitz, temple de l'urbex berlinois

Beelitz, temple de l’urbex berlinoise

Berlin

3 juillet 2014

6 Commentaires

Pour les amateurs d’exploration urbaine, Beelitz-Heilstatten est un must de la discipline. Cet ancien sanatorium perdu au milieu de la forêt a des allures de ville fantôme… et le charme fascinant d’un lieu abandonné.

Le train s’éloigne, poursuit son itinéraire dans la campagne du Brandenburg. Il est 8 heures à peine, la lumière est douce et une odeur de sève capiteuse finit de me réveiller. Les ombres de la forêt disparaissent derrière un voile vaporeux. Berlin est à 50 km.

En longeant les clôtures qui mènent à l’entrée du bloc A, j’ai un peu le trac. Mon imagination saute joyeusement de poubelles de viscères palpitantes en tables d’opération ensanglantées. On ne visite pas tous les jours un sanatorium abandonné en plein milieu de la nature.

Beelitz-Heilstatten, sanatorium et ville fantôme

Beelitz-Heilstatten est un haut lieu de l’exploration urbaine. L’architecture de cet ancien hôpital tombé en disgrâce n’est plus un secret pour les photographes et les fans d’urbex. Faut-il déjouer les plans de vigiles attentifs pour y pénétrer ? Escalader des barrières et se glisser dans les interstices d’un labyrinthe ? Le mystère ajoute du piquant à la visite.

Au détour d’une clôture, une façade apparaît dans une trouée de végétation. Émotion. La silhouette orgueilleuse d’un grand bâtiment au clocheton élégant.

Eventré.

La grille grince. Bruits à l’intérieur. Les gouttes qui courent le long des poutres ricanent en m’observant. Sous mes semelles, les gravas rendent le sol incertain. Je marche à petit pas. J’ai peur de réveiller les fantômes.

Exploration urbaine et décor de théâtre

Chaque pièce est une scène inerte et surréaliste. Lit déglingué sous la lumière d’une verrière. Frigo béant et solitaire. Chaise tordue. Les objets sont les derniers pensionnaires du lieu. Ils semblent murmurer des histoires.

Des couloirs infinis tracent des lignes de fuite lumineuses. Toutes les portes sont ouvertes. La lumière se propage par chaque ouverture et pourtant le bâtiment semble imploser. Une dentelle de verre orne les montants des fenêtres. Du plafond, des lustres-néons s’accrochent maladroitement. Partout, la rouille dévore en silence les tableaux électriques et les placards vides.

On devine les salles d’opération carrelées de blanc. La peinture écaillée dessine d’étranges cartes sur les murs. Un réseau de couloirs souterrains invite à se perdre dans l’obscurité. Tout s’écroule comme un monde.

Un temple vivant de l’urbex berlinoise

Pourtant, le lieu est vivant. Les visiteurs successifs laissent leurs traces : tags sur les murs, installations artistiques, rites obscurs, bars pour soirées provisoires… Chacun s’approprie les bâtiments à sa manière, dans l’illégalité la plus totale. Bien que classé au patrimoine historique, l’hôpital de Beelitz-Heistatten se transforme au gré des visites.

A l’extérieur, la végétation reprend ses droits et défend l’accès aux ruines. Le toit du centre de soin pulmonaire pour femmes, dévasté par un incendie durant la seconde guerre mondiale, offre un spectacle incroyable. Un escalier lance des marches vers le ciel. Des seuils marquent la séparation entre deux espaces vides. Et dans un chaos de poutrelles métalliques, une forêt pousse sur les ruines du bâtiment, vingt mètres au dessus du sol.

En une journée d’exploration sans relâche, je ne viens pas à bout de la moitié du site. La patronne du petit café où j’attends le train retour pour Berlin semble aussi fière du calendrier 2014 des plus belles photos du sanatorium que de ses gaufres aux fraises. Surprise et déception ! Je n’ai vu pratiquement aucun des endroits photographiés. La partie la mieux conservée se trouve à l’est de la route qui coupe le site en deux. Ce sont les bâtiments dédiés aux hommes qui sont  le clou du spectacle (voir la carte de Beelitz sur le site de forbidden places). Il faudra revenir…

Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten
Urbex à Berlin - Le sanatorium de Beelitz-Heilstatten

Vous avez apprécié cet article ?

Notez, likez, partagez !

Beelitz, temple de l’urbex berlinoise
5 (100%) 3 votes

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Berlin, encore pauvre et sexy ?

Berlin

13 décembre 2014

Berlin, « pauvre et sexy » ? La formule lancée par l’ancien maire, Klaus Wowereit, colle à la ville comme un stickers publicitaire. Hipster de tous les pays, unissez vous… […]

Balade-mur-de-Berlin

Berlin

16 novembre 2014

Le long du tracé du mur de Berlin, une frontière lumineuse symbolise la limite qui séparait est et ouest. Qu’est devenue la ville, 25 ans après sa disparition ? Un […]

berlin-est-berlin-ouest-bons-plans

Berlin

9 novembre 2014

Berlin ouest vs Berlin est. Première mi-temps d’un match qui oppose Berlin de part et d’autre du tracé du mur. En quatre manches, des bons plans et des adresses pour […]

Berlin, laboratoire d'architecture - city trek

Berlin

23 août 2014

Berlin est une ville carrefour. Prise dans les remous de l’histoire, son architecture reflète les soubresauts du XXème siècle. A travers ses buildings, Berlin se raconte.

 

6 commentaires

  1. Marie 14 juillet 2014 at 10 h 50 min - Reply

    magnifique comme d’hab !

    • Mat 14 juillet 2014 at 14 h 08 min - Reply

      Merci Marie 😀 C’est vraiment un endroit de ma-lade !!! J’aurais pu passer trois jours sur place à fouiller tous les recoins. Sans parler des sous-sols (mais bon avec un mobile pour seule lumière, c’était pas sérieux…)

      • Greg 1 novembre 2014 at 21 h 04 min - Reply

        Bonjour Mat, je voulais s’avoir si tu peut me donner la localisation du lieu sur ma boite Mail ? merci.

        • Mat 2 novembre 2014 at 0 h 04 min - Reply

          Hello Greg ! Voici les coordonnées GPS : 52.2614965,12.921946. Tu rentres ça dans Google maps et tu auras l’emplacement exact de Beelitz-Heilstätten. Dans les infos pratiques, j’ai mentionné les infos nécessaires pour se rendre sur place en transport en commun (le plus simple, c’est direct !). Tu trouveras également un lien vers une carte de l’endroit à la fin de l’article.
          Pour info, je n’ai visité que les parties situées à droite de la voie ferrée (zones A et B sur la carte). Les parties les plus intéressantes (paraît-il) sont les zones C et D. J’ai prévu d’y retourner du coup ! Bonne visite et tien moi au courant si tu as réussi à visiter l’endroit !

  2. Maxime 1 janvier 2015 at 11 h 21 min - Reply

    Beau récit!
    La dernière photo m’intrigue: as-tu pu savoir pourquoi il y avait ces polaroids?

    • Mat 1 janvier 2015 at 12 h 54 min - Reply

      Merci Maxime 🙂
      Je pense que ce sont des visiteurs qui sont venus ensemble et qui ont voulu laisser une trace fugace de leur passage et du bon moment qu’ils ont passé (peut-être sur le toit, il y a avait les restes d’une petite fête improvisée). Je trouve que c’est une bonne idée !

Laissez-moi un petit mot

Renseignez le code suivant

Partagez30
Tweetez
Enregistrer110
+1
140 Partages