Carnet de voyage hors des sentiers battus en France et autour du monde

Sur la piste des chamans du Gers

-

  • Sur la piste des chamans du Gers - carnet de voyage France

Sur la piste des chamans du Gers

-

24 juin 2016

Pas encore de commentaire

Cette rencontre d’un chaman n’était pas prévue, encore moins prévisible. Parti pour un pélerinage culinaire, je me retrouve embarqué au coeur d’une histoire ésotérique qui n’est pas la mienne mais qui va vite le devenir. Le chemin réserve parfois de drôles de surprises.

Depuis quelques jours, je suis par commodité l’itinéraire des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. Kat est venue me rejoindre et nous nous sommes fixé un objectif pas très ésotérique : un restaurant de village qui, paraît-il, fait partie intégrante du patrimoine gersois. Notre pèlerinage sera d’ordre gastronomique.

Au gîte où nous faisons halte pour la nuit, Victoire nous accueille. Elle tient l’endroit en l’absence de son propriétaire et soulage les pèlerins en difficulté. Parce que Victoire a un don. Issue d’une lignée de chamans de tradition soufie, elle tient de son grand-père le don de guérison.

Kat écoute son histoire d’une oreille particulièrement attentive. Ses racines philippines sont imprégnées de chamanisme et la tribu dont provient sa grand mère est connue pour être particulièrement réceptive. Quelque chose relie les deux femmes.

Danser autour du feu

Huit heures du matin. C’est l’heure de prendre la route pour Bassoues mais Kat ne quitte pas le lit. J’appelle Victoire à l’aide. La porte se referme derrière elle. Lorsqu’elle réapparaît, elle me chuchote dans l’ombre du couloir :

« Je connais quelqu’un qu’il faut que vous rencontriez. Il est chaman. Ce serait bien que tu le rencontres, ce serait bien aussi qu’il rencontre Kat. Je vais vous y conduire »

Dans la chambre, Kat semble calme et fatiguée. Les douleurs se sont estompées, mais il y a autre chose. Quelque chose que Victoire lui a dit auquel elle ne s’attendait pas :

« Ta grand mère te demande de danser de nouveau autour du feu »

Il me faut préciser. Kat est originaire de l’île de Mindanao aux Philippines. Sa grand mère paternelle appartenait à une tribu de guerriers du nord, les tausugs, ou gens du fleuve. Dans cette partie des Philippines où les rites catholiques et animistes s’entremêlent, on prie Jésus dans les églises. À l’extérieur, on a recours à la magie des hilot, héritiers des chamans guérisseurs pré-hispaniques.

Kat a été élevée dans ce syncrétisme. Lorsque, petite, elle chante à l’église, elle sent quelque chose de plus grand qui brûle en elle. Quelques années plus tard, un guérisseur l’initie à la danse intérieure, un mode de guérison enraciné dans la tradition chamanique philippine. C’est un réveil spirituel. Elle découvre la nature de ce feu qui brûle en elle, apprend à l’utiliser, finalement s’en détourne pour suivre un autre chemin.

Et voilà qu’ici, au fin fond du Gers, son destin la rattrape.

Entre chamans

Victoire nous conduit au village où nous attendons l’arrivée du fameux personnage. À la table voisine, un quinquat se lamente au téléphone. Il déplore l’usage envahissant des nouveaux moyens de communication :

« … Je l’avais sous les yeux, le devis ! J’aurais pu lui donner directement, de la main à la main, mais non ! Envoyez-le moi par mail. Même pour se dire bonjour, maintenant, on s’envoie des mails ! »

En terrasse, deux ramoneurs déjeunent, face à face, les yeux plongés dans leur mobile. Ils n’ont pas échangé un mot de tout le repas. Communication digitale.

Une odeur d’encens et de plantes médicinales précède l’arrivée de Radaal. Corps opulent, visage épanoui, cheveux longs en cascade, collier et bagues aux pierres multicolores… Impossible de ne pas le remarquer. Il est chaman jusqu’au bout des dents.

« Qu’êtes vous venus chercher ? Pourquoi souhaitiez-vous me voir ? »

Je glisse quelques mots de mon voyage mais la question n’attendait pas vraiment de réponse de ma part. Il souhaite la bienvenue à Kat, la félicite pour cette belle énergie qu’il ressent et dont Victoire lui a fait part.

Une leçon de géobiologie

En tant que chaman, il consacre la sienne à rétablir l’équilibre énergétique des lieux. Pour Radaal, la terre est un être vivant. Selon les principes de la géobiologie, stimuler ses points d’acupuncture participe à sa bonne santé. Il appartient à la famille des gardiens de la terre.

« Veux-tu devenir gardienne de la terre, toi aussi ? »

Kat est bouleversée. Elle a mis ce chemin de côté il y a dix ans. Son destin la rattrape ici, au fin fond du Gers. J’assiste à la cérémonie en qualité de traducteur avant d’être invité à rejoindre les rangs des gardiens de la terre.

Notre pélerinage gastronomique commence à prendre une tournure inattendue.

Les cristaux

Dans l’atelier de Radaal, des figurines sculptées arborent des symboles religieux empruntés à différentes traditions. chacun des personnages arbore des symboles religieux empruntés à différentes traditions. Croix chrétiennes, coiffes égyptiennes, bâtons de pèlerins… Dans l’entrebâillement d’une porte, nous apercevons une étoile à cinq branches inscrite dans un cercle de plusieurs mètres de diamètre. Au centre, des pierres sont amoncelées. Radaal en choisit quelques unes.

« Ce sont des cristaux que je purifie depuis quelques temps déjà. Certaines sont très puissantes. Elles vous aideront dans votre pratique quotidienne. Prenez en une, fermez les yeux et sentez l’énergie se diffuser»

Les sons caverneux d’un gros tambour rythment notre méditation. Kat rentre en résonnance avec le cristal de quartz qu’elle a en main. La labradorite sur laquelle je me concentre me laisse insensible. Le quartz ne produit pas plus d’effet. Je ne suis peut-être pas conducteur

Les affaires

« Prenez en un pour deux si vous voulez. Il renforcera votre couple. Il développera vos pouvoirs et il attirera les bonnes énergies durant le voyage. »

Le chaman s’est transformé en commerçant… Il est à deux doigts de nous proposer un paiement en trois fois sans frais. L’argumentaire me laisse dubitatif. J’ai l’impression de me faire enfumer mais j’ai confiance en Kat et j’ai envie de lui faire plaisir. C’est un moment important pour elle, un jour à marquer d’une pierre.

Nous repartons lestés de quelques centaines de grammes de quartz et je prends rendez-vous quelques jours plus tard pour réaliser un portrait du chaman. Comment devient-on chaman ? La question m’intrigue autant que le personnage. Je ne suis pas au bout de mes surprises… La suite du voyage ou Comment je suis devenu chaman

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

Sur la piste des chamans du Gers
5 (100%) 1 vote

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Fin de partie dans les Cévennes - Carnet de voyage France

France

17 avril 2017

Quatre saisons en France. J’avais décidé que ce voyage durerait un an et que je passerais l’hiver là où il y aurait de la neige. L’itinéraire des neufs premiers mois […]

En Lozère, randonnée sous le signe des vautours - Carnet de voyage France

-

5 novembre 2016

C’est la fin du voyage à pied. Une dernière étape placée sous le signe des vautours. Il y a eu un début, il doit y avoir une fin. Des falaises […]

Fin de partie dans les Cévennes - Carnet de voyage France

-

1 novembre 2016

Voyager à pied me semblait la seule manière valable de découvrir la France des campagnes. Mais aux portes des Cévennes, mon corps me parle une seconde fois.

Sur les grands causses, champs d'éoliennes et camps militaires - Carnet de voyage France

-

25 octobre 2016

Du plateau du Lévézou au Causse du Larzac, ma traversée reprend de la hauteur à travers le parc naturel régional des grands causses. De champs d’éoliennes en camps militaires, je […]

 

Laissez un petit mot

Renseignez le code suivant

Carte diagonale du vide

Recevez la carte des plus beaux endroits de France

en vous inscrivant à la newsletter

44 idées de lieux, de balades et de week-end au vert


 

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1