Dans le val d’Ardennes, la montagne qui fume

3 commentaires - Chooz - Publié le

Villages de cartes postales, rues proprissimes, maisonnettes modèles, jardins fleuris… Quelque chose ne va pas. Tout est trop lisse ici. Que se cache-t-il derrière le joli décor de cinéma de la pointe de Givet ?

Zinzins à Jardiland

Des nains de jardin peuplent la pelouse, des colombes en plâtre picorent les pylônes du portail, des bacs à fleurs mauves bordent l’allée qui mène à la porte d’entrée… Dans cet étrange Jardiland, embaumé par l’odeur des paëllas et la fumée des barbecues, chaque brin d’herbe a sa place. Tout est trop propre à Rancennes.

Attenante au village, la réserve naturelle de la pointe de Givet est elle aussi contaminée par le mot d’ordre. S’écarter du chemin, cueillir un brin d’herbe, piétiner un pissenlit… Tout est interdit. J’en prendrais pour 10 ans de corvée de rempotage si je plantais la tente.

Ils sont un peu zinzins à Rancennes !

À quelques jets de pierre, madame Defaye profite de la douceur de cette belle fin de journée. Pour me prouver la supériorité de Charnois l’accueillante sur Rancennes la toquée, elle me fait les honneurs de son champs. J’interprète mon célèbre numéro de montage de tente auprès des vaches du coin. Succès total !

Carnet de voyage en France - Ardennes - Les toits de Givet

Carnet de voyage en France - Ardennes - En balade

Carnet de voyage en France - Ardennes -

Riviera belge

Le long de la Meuse, on pêche, on bronze, on prend le temps de ne rien faire. Les torses sont nus, les cuisses rouges, les transats débordés. Le fleuve serpente de villages en villages. Péniches et bateaux de plaisance dérivent langoureusement. Arrivé à Chooz, même malaise. Gazon au cordeau, arbres au carré… Dans ce décor de cinéma, tout est trop net pour être honnête.

Derrière la colline, deux épaisses colonnes de fumée blanche s’étirent jusqu’au ciel.

Carnet de voyage en France - Ardennes - Les bords de la Meuse

Carnet de voyage en France - Ardennes - Partie de pêche

Carnet de voyage en France - Ardennes - Ça mord !

L’écroulement d’un monde

À Hierges, le chalet où Jean-Pierre m’accueille est un décor de pub Kinder. Jean-Pierre est journaliste à la retraite. En 20 ans de carrière, il a couvert tous les événements qui ont secoué la vallée de la Meuse. De plans sociaux en restructuration, il a assisté à l’écroulement d’un monde. La fin de l’homme de fer.

D’abord le combat. Révolte ouvrière. Incendies. Sabotages. Prise d’hôtage du préfet. Enfants juchés sur le capot de la voiture officielle, femmes dégonflant les pneus, foule en furie, service d’ordre débordé. Et puis la capitulation. Fermeture des usines de fonderie. Alcoolisme. Chômage. Dépressions. Suicides à la chaîne.

Que reste-t-il de ces luttes épiques aujourd’hui ? Le vacarme des fonderies s’est tu. Place au silence des réacteurs nucléaires.

Carnet de voyage en France - Ardennes - Givet-centre

Carnet de voyage en France - Ardennes - on ne lésine pas sur la déco !

Carnet de voyage en France - Ardennes - À quatre épingles

La montagne qui fume

Chooz A et Chooz B. Les deux unités de production irriguent les 17 communes qui, de Givet à Revin, suivent les méandres de la Meuse. Taxe professionnelle, taxe foncière…. L’argent du nucléaire coule dans les veines des habitants de la vallée. Oubliés, les larmes d’ouvriers résignés devant les formulaires de pôle emploi. Nains de jardin, colombes, géraniums aux balcons… Ça roucoule à Jardiland. Avec en toile de fond, deux colonnes de fumée blanche.

Carnet de voyage en France - Ardennes - La montagne qui fume


Vous avez fait bon voyage ?

Un petit clic pour dire merci ?

Je vous emmène dans mes valises ?
Inscrivez vous, le billet est offert.

Globe-trotter chaque mois sans bouger de chez soi()

Laissez un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* :


− 2 = quatre

Laissez un petit mot

  • Michèle

    J’habite Troyes et suis intéressée sur votre passage dans l’Aube que j’espère positif….

    Répondre

    • Mat Post author

      Bonjour Michèle !
      Oui oui, très positif même si je n’ai pas pu voir tous les gens que j’aurais voulu, vacances oblige :)
      J’ai zappé Troyes pour cette raison et j’ai passé plus de temps du côté de l’Aube viticole, de Bar-sur-Aube aux Riceys.
      Pas désagréable non plus ;-)
      Je mets de l’ordre dans mes notes et je vous raconte ça dans le prochain billet.

      Répondre

      • Michèle

        Bonsoir – C’est bien dommage, ma ville de Troyes est belle maintenant, ce qu’elle n’était pas jadis. Mais j’ai peur qu’elle ne devienne qu’un Musée… Jadis grouillante avec la bonneterie, elle est un peu trop calme maintenant. Comme partout les usines ont fermé. Les magasins d’usines ont un peu remplacé les emplois perdus, mais ce n’est plus pareil. J’espère que vous pourrez y faire un petit tour un jour. Bon courage pour la suite.

        Répondre

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?