Tomber sous le charme de l’Arménie

-

  • View Larger Image Arménie - Tomber sous le charme

Tomber sous le charme de l’Arménie

-

4 avril 2015

4 Commentaires

L’Arménie n’est pas un paradis. Erevan n’est pas une belle ville. Et pourtant, je suis tombé sous le charme. Dans le sourire des Arméniens, toute la beauté du pays.

Fin de soirée à Erevan. Chacun savoure la fraîcheur de la nuit. Des musiciens traditionnels improvisent pour les rares clients de l’échoppe de kebab. Un vieil homme saoûl lève les bras au ciel en esquissant quelques pas de danse dans l’indifférence générale. Intrigué par mon micro, le tambour s’enquiert de ma nationalité pour savoir s’il m’offre, oui ou non, une gorgée de whisky.

Erevan est en fête

J­’ai posé mes sacoches en Arménie. Trois semaines dissolues. Petits verres de cognacs arméniens, tasses de café noir, cendriers noyés sous les mégots de cigarettes… Erevan est en fête.

C’est le dixième anniversaire de l’indépendance de l’Arménie et les mille sept cents ans du christianisme comme religion d’Etat. Le pays endure une crise économique sévère mais il a réalisé le rêve nourri par des générations d’Arméniens : vivre libre. Et il ne se prive pas de le fêter. Les terrasses ne désemplissent pas. Erevan boit du cognac arménien en écoutant du jazz. Pas un jour sans concert, spectacle de danse, de théâtre ou de pantomime.

Arménie - Tomber sous le charme - Le marché aux peintres

L’Arménie mythique

Erevan n’est pas une belle ville et l’Arménie n’est pas un pays rêvé. L’ancien testament raconte que sur ces terres dominées par le Mont Ararat, l’arche de Noé aurait trouvé refuge. Un pays faute de mieux, rude, montagneux : 2200 mètres d’altitude moyenne.

Grecs, Romains, Mongols, Seldjoukides, Perses, Ottomans, Russes… Son histoire a connu les grands empires d’orient et d’occident, vécu toutes les invasions, survécu à tous les envahisseurs. De 1875 à 1918, il a même été rayé des cartes du monde. Et pourtant, la culture et le peuple arméniens n’ont jamais cessé d’exister. Contre l’assimilation culturelle et l’influence du monde musulman, l’église chrétienne fut et reste aujourd’hui encore un rempart indéfectible. Il faut entendre les chants orthodoxes pour comprendre toute la ferveur du peuple arménien.

Douceur de vivre à Erevan

Erevan a le charme des villes désargentées. Le long de la rue Aram, le marché aux puces donne le ton. Tout s’y organise avec des bouts de ficelle.

Livres, instruments en tous genres, composants électriques et électroniques récupérés sur du matériel dont la carcasse est aussi à vendre, poupées russes aux couleurs flashies, calendriers de 1986, boulons, écrous, fers à souder, brosses à chiottes, bouts de caoutchoucs, couverts en plastique… Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se… vend !

Un peu plus loin, dans l’herbe, les vieux jouent aux échecs, s’exercent au duduk ou à l’accordéon. Sur la place d’Arménie, on vient s’asseoir près de la fontaine pour savourer la fraîcheur de l’eau et la chaleur des rayons de soleil. Les vieux picorent des graines de tournesol, les gamins courent après les pigeons. Un violon résonne, quelque part. Malgré les fissures dans les murs, les trottoirs chaotiques et l’absence d’un signe quelconque de prospérité, une douceur de vivre règne sur toute la ville.

Arménie - Tomber sous le charme - Les joueurs d'échec

Rêver d’ailleurs

De retour à la maison, je trouve Armen allongé comme à son habitude sur le canapé devant la télé, le téléphone à portée de main. Toujours être prêt. Tous les business sont bons à prendre. Géologue de formation, Armen est aussi croupier et businessman… S’il le pouvait, il ne serait que peintre. Son rêve : venir vivre la vie de bohême à Paris. Mais voyager n’est pas donné à tout le monde.

Voyager. Dans les yeux de tous les amis qui font un crochet par la maison pour rencontrer ce petit français au projet si romanesque, je lis la même envie teintée de nostalgie. Shakey qui à son mariage avait projeté  d’économiser pour acheter une caravane et faire le tour du monde ; Anneth qui garde de la France l’odeur des châtaignes en hiver et des vins délicieux ; Anaïde qui m’invite à venir témoigner sur Armenian TV de ma « formidable entreprise », le regard pétillant d’admiration et de curiosité.

L’Arménie est un pays trop petit pour leurs rêves. Eux aussi, ils aimeraient partir. Et moi, pour une fois, je resterais bien encore un peu. Je me ressers un petit verre de cognac pour dissiper la nostalgie qui m’envahit et partager la chaleur réconfortante de mes amis arméniens. S’il y a une chose que les voyages enseignent, c’est bien de savoir profiter du moment présent. Il n’est pas encore l’heure des larmes.

Arménie - Tomber sous le charme - Un pays de montagne

Arménie - Tomber sous le charme - Au pied du Mont Ararat

Arménie - Tomber sous le charme - Nature morte

Arménie - Tomber sous le charme - Faire ses courses

Arménie - Tomber sous le charme -  Arménie - Tomber sous le charme - En attendant la diligence

Arménie - Tomber sous le charme - Le roi des champignons

Arménie - Tomber sous le charme - Le marché aux puces  Arménie - Tomber sous le charme - Les puces du marché

Arménie - Tomber sous le charme - Le joueur d'accordéon

Arménie - Tomber sous le charme - Inspirer, expirer

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

Tomber sous le charme de l’Arménie
Notez moi !

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Bodnath temple, sous les yeux du bouddha

Népal

2 juillet 2017

Loin de la fièvre des festivités auxquelles j’ai assisté à Patan, le Bodnath temple est un lieu de calme et de sérénité. Les yeux du bouddha qui ornent la base […]

Les nouveaux chemins de Katmandou - Carnet de voyage au Népal

France

25 juin 2017

De Thamel à Durbar square, itinéraire à travers Katmandou. Entre traditions boudhistes et nostalgie hippie, la capitale du Népal se révèle haute en couleur. Une bouffée d’air frais dans le […]

Katmandou en bus - récit de voyage d'un tour du monde

Inde

11 juin 2017

Quand on prend le bus pour le Népal depuis l’Inde, on se dit que le spectacle sera à l’extérieur. Faux !

Bénarès, pélerinage musical au bord du gange

Inde

30 mai 2017

Bénarès est une respiration dans notre voyage en Inde. Loin de la foule de l’Uttar Pradesh, nous sommes venus assister au festival de musique donné en l’honneur du Dieu-singe Hanuman. […]

 

Laissez un petit mot


3 × = douze

  1. matmat

    6 avril 2015 à 20 h 34 min - Répondre

    C’est beau, magnifiques photos et cette musique…!

  2. Copico

    26 août 2016 à 17 h 31 min - Répondre

    Voilà, avant de commencer à lire votre blog, je voulais vous féliciter pour vos trois lignes de titre, que je partage entièrement ! J’ai éprouvé cette même envie de coucher quelques notes au retour

    http://armeniegeorgie16.blogspot.be/

    Allez une fois, comme on dit à Bruxelles, je vais vous lire maintenant 🙂

    • Mat

      28 août 2016 à 2 h 35 min - Répondre

      Merci Pierre 🙂
      À vous lire, vous en avez vu plus que moi côté monuments, mais côté rencontre, nous partageons le même enthousiasme 🙂
      C’est un des coups de coeur de mon tour du monde. J’y retournerais les yeux fermés pour retrouver les gens que j’ai pu croiser là-bas et que je n’ai pas oubliés !

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?

Enthousiasmé par la diagonale du vide ?

Je suis sur la route ! Pour embarquer dans les valises et découvrir la France hors des sentiers battus,

Suivez moi !