Les premières heures d’un tour du monde à vélo

Aucun commentaire - New Dehli - Publié le

Commencer un tour du monde à vélo par l’Inde ? On nous avait prévenus, le pari était risqué. Entre triomphe et déroute, mise en place des premières techniques d’auto-défense en terrain hostile. Du dépaysement à la marmite.

Suresh ne nous quitte pas des yeux. Depuis bientôt deux heures, il nous garde, nous et son troupeau de buffles. Les bêtes cisaillent l’herbe d’un coup de tête métronomique, le son d’un tracteur nous parvient en vagues diffuses, notre gardien de troupeau chantonne imperceptiblement… Difficile d’imaginer qu’il y a encore quelques heures, nous baignions dans le chaos de New Dehli

Tour du monde à vélo - les premières heures - le calme des buffles

Premières heures en Inde

Après avoir fait forte impression sur le personnel de l’aéroport de New Dehli, nous enfourchons nos vélos pour parcourir les 20 premiers kilomètres de notre périple indien.

Sur les trottoirs, la foule souriante qui salue notre passage n’a d’yeux que pour nous. Sur la route, les premiers scooters roulent à notre allure pour mieux admirer nos montures étincelantes : les chromes rutilants sous les premiers rayons du soleil, les cadres rouges et blancs griffés d’un Venetto sport, les sacoches vertes, lisses, encore vierges de toute égratignure… Même les chauffeurs de bus délaissent quelques instants la route et sortent la tête de leur cockpit pour contempler de plus près ces petites merveilles.

Nous pénétrons dans New Dehli sous une escorte digne d’un Président en voyage officiel. Pour peu, on se prendrait pour le Général de Gaulle rentrant dans Paris libéré. L’apothéose avant même d’avoir livré bataille !

Tour du monde à vélo - les premières heures - Cherchez la vache

Hello my friend ! Which country ?

Cette sensation de chaleur et d’accueil laisse vite place à un ras le bol général. New Dehli, c’est une mégalopole de 14 millions d’habitants, avec ce qu’elle comporte de pauvreté, de crasse, de danger. C’est aussi le point d’arrivée de nombreux touristes qui viennent visiter l’Inde.

Pour nous, petits scarabées ignorants tout frais moulus de leur Europe pasteurisée, c’est la première étape de notre tour du monde et le premier contact avec le pays. Le choc est rude ! Partout, les yeux sont braqués sur nous. Ici, le touriste est un portefeuille bien garni. Facteur aggravant, notre teint pâle indique que nous venons d’arriver. Des proies idéales, voilà ce que nous sommes. À chaque croisement de regard, la même logorrhée :

« Hello my friend ! Which country ? Rickshaw ? Which hotel ? One roupie ! Eh my friend, come here ! Fresh water, my friend ! Visit the country ? Namaste ! »

Qu’une discussion s’engage, toutes les questions aboutissent invariablement aux mêmes enchaînements prévisibles. Quel hôtel? Non celui qu’on a choisi n’est pas bien, on va vous en montrer un mieux. Ce marché? On trouve moins cher là-bas, venez on vous y accompagne. Oh, vous êtes français, formidable… Et ça vous intéresse d’aller visiter les temples demain ?

Tour du monde à vélo - les premières heures en Inde - Le chaos de New Dehli

Guerrilla économique sauce curry

Toute prise de contact dérive invariablement vers le même but : nous faire cracher le maximum. Dans ce contexte, un impératif : savoir dire non et le faire comprendre ! Notre enthousiasme débordant des premières heures laisse vite place à une hostilité sans limite. Désormais, nous voyons le mal partout. Chaque autochtone est, à tort ou à raison, un arnaqueur potentiel. Armés de toute notre méchanceté, nous apprenons à refouler l’ennemi de manière efficace.

C’est la guerre, mon général, une guerre économique revue à la sauce indienne, donc plutôt épicée ! Tous ces Indiens planqués en embuscade derrière leur sourire accueillant, ils veulent la peau de notre portefeuille ! Être sur le qui-vive en permanence, c’est usant, pour le moral comme pour les nerfs. L’ennemi est partout, et nous fuyons avant que la jungle urbaine ait eu raison de nous.

Tour du monde à vélo - les premières heures - échoppes

Tags:


Vous avez fait bon voyage ?

Un petit clic pour dire merci ?

Je vous emmène dans mes valises ?
Inscrivez vous, le billet est offert.

Globe-trotter chaque mois sans bouger de chez soi()

Laissez un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* :


+ neuf = 17

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?