Un an de voyage, deux ans de boulot

5 commentaires - Publié le

Comment j’ai préparé mon voyage au long cours en France ? Derrière le concept, l’itinéraire, les participants, il y a du temps, de l’énergie et beaucoup de travail. Petit retour sur ce travail de fourmi qui donne du sens au voyage.

En animant sur Facebook la campagne de crowdfunding lancée sur kisskissbankbank, je suis tombé au hasard d’un commentaire sur cette petite phrase  :

Préparer son voyage - Se faire financer

« le gars qui se fait sponsoriser ses voyages ». Sous entendu : « gonflé quand même de venir nous taper du blé quand nous, on travaille honnêtement pour se payer nos vacances».

Je sais bien qu’il n’est pas le seul à le penser. Tout le travail de préparation qui se cache derrière le projet de la diagonale du vide est aussi ingrat qu’invisible. Il n’existe tout simplement pas à vos yeux.

J’avais envie de vous parler de ce travail de fourmi qui permettra à la diagonale du vide d’être, au delà d’un simple voyage d’agrément, un voyage qui a du sens.

Un voyage, des vacances

Tous les voyageurs sont des touristes qui s’ignorent. Dans l’imaginaire collectif, voyage = vacances. Les voyageurs sont des rois de la glande, des tire-au-flanc, des petits malins qui ont trouvé la combine pour se la couler douce…  Quant à l’écriture, c’est un passe-temps. Et la photo ? Un hobby, bien sûr !

Pour moi, cette diagonale du vide, c’est un peu plus qu’un voyage d’agrément.

Derrière ce projet qui m’anime, il y a le défi de réussir enfin à conjuguer ma passion du voyage et mon métier. Ecrire, photographier, concevoir et animer des portails web… Il est temps de mettre ma capacité à m’extasier et à voir le bon côté des choses au service d’un projet qui a vraiment du sens….

Un voyage à vendre

Je ne me suis pas épargné.

Rencontrer les attachés de presse de tous les départements, parcourir quelques milliers de kilomètres en France lors de deux étés consécutifs, ingurgiter 14kg de brochures, contacter mille et une personnes pour arrêter le programme des réjouissances, définir l’itinéraire sur une carte. Check !

Concevoir le blog, développer l’audience, nourrir l’ogre Google, faire du pied sur les réseaux sociaux, raconter mes voyages passés, parler de mon projet futur… Check !

Définir une offre tarifaire cohérente, concevoir une présentation et un argumentaire commercial, identifier des prospects, créer des supports de communication… Check !

Tout était prêt pour vendre ma diagonale du vide comme une opération de marketing de contenu

Alors ? Alors je suis plein de chose, mais je ne suis pas… un bon vendeur.

To-Do-List-Nothing

Une aventure à vivre

Mon enthousiasme n’en reste pas moins intact. Et l’équation financière pas moins compliquée.

Je suis allé voir les producteurs.
Ici : « l’idée est bonne mais le projet n’est pas mûr ».
Là : « l’idée est bonne mais le projet est trop mûr ».
Moi, ce que je retiens, c’est que l’idée est bonne !

Alors quoi ? Jeter l’éponge ? Sûrement pas. L’envie est trop forte et le besoin trop pressant d’aller me frotter à cette France exotique. Je veux rencontrer cette société civile qui semble contre vents et marées garder foi en l’avenir et se complaire dans ces territoires sur le déclin qui ne sont, paraît-il, que tristesse et désolation.

Exit donc le voyage à vendre. Il reste encore une belle aventure à vivre et à partager. Elle s’écrira sur ce blog et si vous le souhaitez, à travers les portraits réalisés au fur et à mesure.

Un seul mot d’ordre : partir

Le livre qui verra le jour à l’issue de ce voyage – celui-là même que vous pré-achetez sur Kisskissbankbank à partir de 20€ -, les tirages photos et l’ensemble des contreparties que vous choisirez me donneront les moyens de réaliser le projet sous sa forme la plus aboutie : celle d’un webdoc où itinérance et portraits se mêlent pour retranscrire tout ce qui fait la richesse d’un voyage.

Mais quelle que soit l’issue de la campagne de crowdfunding, je ferai ce voyage.

Je sais déjà qu’on me dira 100 fois sur la route « Vous avez de la chance » et que la chance n’a rien à voir là-dedans. Je sais aussi qu’il me faudra me justifier d’être « ce gars qui se fait payer ses voyages ». Ça m’est bien égal, parce que je serai de nouveau sur la route, replongé dans le tourbillon du voyage ! Enfin…

Peu avant de lancer la campagne de financement, je suis tombé sur cette intervention grandiose et emportée :

http://www.dailymotion.com/video/x2itroo

 

Les mots de Jean Pierre Verhegen, et plus spécifiquement cette phrase, m’ont pétrifié :

« Tout sembler réussir pour mieux finir par tout rater, tout échouer et en rire, tout oser… ».

Il est temps de tout oser.


Vous avez fait bon voyage ?

Un petit clic pour dire merci ?

Je vous emmène dans mes valises ?
Inscrivez vous, le billet est offert.

Globe-trotter chaque mois sans bouger de chez soi()

Laissez un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* :


3 × un =

Laissez un petit mot

  • Sebaroudeur

    Finalement, le voyage est une affaire bien trop sérieuse pour être confiée à de simples touristes …

    Répondre

    • Mat Post author

      Hello Seb ! Absolument ! Et la guerre, une chose bien trop sérieuse pour être confiée aux militaires…
      Blague à part, mon article aborde simplement la manière dont j’ai préparé ce voyage. Je sollicite les gens à travers une campagne de financement participatif. Je trouve logique de partager ce qui m’a poussé à en arriver là. Et plutôt rassurant de montrer qu’il s’agit là d’un projet mûrement pensé et pas juste d’un alibi pour me faire payer mes vacances.
      Pour ma part, j’aime bien les voyages longs et avoir un fil rouge. C’était la musique du monde lors de mon tour du monde. Ce sera la diagonale du vide et le slow tourisme cette fois-ci. Je ne vais pas te faire l’article, je sais que je prêche un convaincu :) Bon voyage à Athènes !

      Répondre

      • Sebaroudeur

        La diagonale du vide c’est vraiment une riche idée. Je suis impatient de voir ce qu’il en ressort :) Je te souhaite aussi une bonne vadrouille à la rencontre de cette France oubliée !

        Répondre

  • Yoann@TourismeEurope

    voyage = vacances
    Tout dépend sous quel angle on aborde le voyage.
    Pour moi, tantôt voyage = randonnées , tantôt voyage = culture et Histoire (avec un grand « H »).
    Bonne aventure !

    Répondre

Enthousiasmé par la diagonale du vide ?

Je suis sur la route ! Pour embarquer dans les valises et découvrir la France hors des sentiers battus,

Suivez moi !