Sur la grande traversée du massif central

4 commentaires - Saint-Paul-le-froid - Publié le

Fini la randonnée à pied, me voilà cycliste ! C’est sur un vélo que j’accrocherai mes bagages, désormais. Ravi de retrouver des sensations que je connais bien, j’attaque bille en tête la grande traversée du massif central.

Ruynes en Margeride !!! On ne pouvait pas trouver meilleur nom pour résumer ces trois jours passés sur la Grande Traversée du Massif Central. En seulement trois jours, mon vélo est détruit. Garde boue cabossé, système électrique arraché, selle branlante, sacoche avant déchirée. Le ton est donné : Il va y avoir du sport…

Je suis prêt à en découdre pour une bonne raison : le vélo sollicite d’autres muscles que la marche à pied. Conformément à mes attentes, ces trois derniers jours, mon dos a été un peu en vacances – Ok, disons… en week-end !

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La Grande Traversée du Massif Central à vélo

La grande traversée du Massif Central se range dans la catégorie aventure, option cyclotourisme. Des volcans d’Auvergne aux plages de méditerranée, l’itinéraire escalade les sommets, enjambe les vallées sur plus de six cents kilomètres.

J’ai roulé dans les Andes, gravi les sommets iraniens, emprunté les routes du Népal et de Guinée Conakry lors de mon tour du monde à vélo. Ce petit bout de montagne est une mignardise !

De Mende jusqu’à Alteyrac, les premiers kilomètres font ressurgir mes expériences passées. Combat contre la pente, ivresse de la descente, sensation de vitesse, sournoiserie du vent… Seul élément nouveau : la chasse aux balises.

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

Le nez sur ma carte

Sur le coup, la remarque du responsable de l’office du tourisme de Mende m’avait semblé anodine :

« Ah vous remontez ? Vous faites le trajet à l’envers alors, parce qu’il n’est plus balisé que dans l’autre sens. Quand on part en vacances, on descend, on ne remonte pas ! »

Petit un, je ne suis pas en vacances et petit deux, si un chemin est indiqué dans un sens, il l’est forcément dans l’autre. Ma logique trouve vite ses limites sur le terrain. La navigation le long de cette GTMC me donne du fil à retordre.

Le nez sur ma carte, je vérifie l’itinéraire à chaque virage. Je le suppose optimisé pour les vélos, limitant les dénivelés, choisissant les moindres reliefs. Mes vingt kilos de bagages et des pentes à deux chiffres m’intiment  la vigilance. L’erreur me coûterait cher.

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

Dans la fraîcheur des forêts de la Margeride

Sur les flancs de la Margeride, je suis les chemins d’entre deux, entre prairies rocailleuses et sapinières. Dans l’ombre des forêts, des cadavres de troncs débités pourrissent sous les branches. Cette terre d’estive ne rit plus des cloches des brebis. Rien que le vent de la liberté soupirant dans les branches.

Le premier village, Saint Paul Le froid, disparaît loin dans la plaine. À mille quatre cent mètres d’altitude, le froid est piquant, l’air limpide, le ciel lacté.

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La mémoire du Gévaudan

J’atteins les confins du Languedoc et de l’Auvergne. Les blocs de granit massifs ont laissé place à des pierres qui s’éboulent et rendent les chemins pentus de la GTMC impraticables. Je me suis trompé de véhicule. Sur la place de Paulhac en Margeride, c’est un ballet sonore de 4×4, de quads et de tracteurs.

L’église est ouverte. J’y fais une pause pour recharger mes batteries et celles de mes appareils. Trois cierges sont allumés. La foi en Dieu est donc encore vivace ici ? C’est que je ne suis pas n’importe où.

Le 10 juin 1767, un grand pèlerinage a lieu à Notre Dame de Beaulieu. Toute la région vit dans la peur d’une bête qui fait des dizaines de victimes et terrorise la région. Une battue est organisée et trois balles coulées avec des médailles saintes sont bénies.

Sous le porche de l’église, on peut lire le récit du moment fatidique :

« Notre Dame, délivrez le pays de la bête du Gévaudan. »

Jean Chastel l’attend, il lit dans son livre d’heures les litanies à la vierge. La bête va vers lui. Il la voit venir et la reconnaît bien. Il termine sa lecture, plie ses lunettes calmement, prend son fusil, épaule et tire.
« Bête, tu n’en mangeras plus ».

Tarantino apprécierait…

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France

Le Mont Mouchet

Sur le Mont Mouchet, les champs sont défendus par des barbelés, les forêts labourées de traces de tracteurs et jonchées de débris de sapins. Impossible de planter la tente.

Le soleil se couche alors que je cherche toujours où bivouaquer. À la lumière de la frontale, les doigts crispés sur les freins, je dévale tant bien que mal ces sentiers raides creusés de tranchées qui sont autant d’obstacles. Les racines créent des marches cassantes. Mon vélo bondit, mes sacoches rebondissent, mes jantes crissent, je sers les dents et passe comme une balle, à deux doigts de la chute.

Le retour au silence de l’asphalte est une libération. Mes roulements à billes résonnent dans la lumière orange des pylônes électriques. Je pousse jusqu’au premier village – Ruynes en Margeride donc -. Il est onze heure du soir. La ville dort, je ne serai pas dérangé. Je campe sur la place du village, derrière le kiosque à musique. Prêt pour l’ouverture de la boulangerie !

La grande traversee du massif central - carnet de voyage France


Vous avez fait bon voyage ?

Un petit clic pour dire merci ?

Je vous emmène dans mes valises ?
Inscrivez vous, le billet est offert.

Globe-trotter chaque mois sans bouger de chez soi()

Laissez un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* :


sept − 4 =

Laissez un petit mot

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?