Les barons des Pyrénées

10 commentaires - Bagneres-de-bigorre - Publié le

La découverte des Pyrénées continue. Après trois semaines de randonnée sur le GR10, le moteur est à l’arrêt. Sédentaire par la force des choses, j’explore les Pyrénées de l’intérieur, au contact des habitants.

Dans la petite cabane des sœurs Quessette, il y a un gros canapé récupéré en cuir noir et rouge, de la peinture jaune bleu vert rose et une vue plutôt sympa sur les sommets environnants. Je suis à la limite du parc naturel des Pyrénées, chez Gilles.

On s’est rencontré sur un salon de la rando à l’époque où je préparais le voyage. Je lui avais parlé de mon projet, il m’avait parlé de ses montagnes. Le courant était tout de suite passé.

C’est Gilles qui m’a indiqué l’itinéraire probable à suivre sur le GR10, compte tenu de mon équipement. Je lui envoie une bouteille à la mer. La réponse ne tarde pas:

Tu es le bienvenu chez moi à Saint-Savin pour te reposer, avoir une base logistique, boire une mousse, etc. Il y a une chambre pour toi, un grand jardin, une petite ville pas loin et la montagne tout autour !
Je ne peux pas te dire mieux. Tu es le bienvenu, vous êtes les bienvenus ! Ne fais pas de manières, c’est idiot entre gens bien élevés!

À à peine vingt minutes de Lourdes, ça ne pouvait pas mieux tomber. Mon lumbago est encore tout frais, j’ai besoin de repos. Et pourquoi pas, d’un petit miracle…

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Marie superstar

À Lourdes, il fait froid et il pleut. La ville-hôtel est déserte. Les néons bleu-ciel du musée de la bondieuserie brillent sous les gouttes. Sainte-Bernadette et Marie sont partout.

Au Sainte-Marguerite, napperons brodés au motif de la vierge. À la petite fleur du carmel, bavoirs à l’effigie de Bernadette. À la bijouterie Pax mundi, chaînes et médailles de Marie. Au mini-market le paradis, bougies électriques « protège-moi ». Aux souvenirs de Lourdes, encens de l’archange Saint-Gabriel. Chez artisan-hall, anges en céramiques et vierges à l’enfant. À l’icône, cœurs ardents en argent massif. Et partout, le bidon griffé Lourdes, estampillé de la vierge, à remplir d’eau bénite à la fontaine miraculeuse.

J’imagine ma grand mère, incorrigible collectionneuse de ramanances, cuillères, cloches, dés à coudre et autres crucifix, devenir folle devant la palette de cadeaux potentiels à ramener à sa vingtaine de petits enfants. On avait écopé de petits chapelets en plastic phosphorescents. On avait dit merci. Un moindre mal…

carnet-voyage-france-baronnies-pyrenees-48

carnet-voyage-france-baronnies-pyrenees-46

carnet-voyage-france-baronnies-pyrenees-45

Chez Gilles

Chez Gilles, je récupère doucement. Mes batteries sont à plat. Un streptocoque est venu s’inviter à la fête, profitant de la fatigue générale. Sédentaire par la force des choses, je découvre les Pyrénées de l’intérieur.

Il suffit de sortir humer l’air pour s’imprégner de la douceur de vivre, d’entendre hululer la chouette pour ressentir le temps s’écouler différemment. Gilles qui n’a jamais été plus loin que Toulouse le sait. Dans ce pays de cocagne où il fait bon vivre, les piliers sont la nature et l’humain, les valeurs cardinales la liberté et le goût de l’autonomie.

Autour du feu de cheminée, les tournées de patcharan (no patcharan !) échauffent les esprits et soulèvent des questions existentielles : qu’est-ce qu’être français ? Est-on libre de son hérédité familiale ? La carte d’identité est-elle légitime ?

Pour Yann, Mateo, Sacha et tous ceux qui passent à sa table, être en phase avec soi-même compte plus que tout. Comme le dit Sacha d’un air docte : « C’est à la fleur du lotus épanouie que viennent butiner les abeilles ».

Et on s’en jette un petit dernier. Demain, c’est rando raquettes !

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Les baronnies en van

Faute de pouvoir marcher, le voyage continue dans la camion de Yann. Des plumes de rapaces se balancent au bout du rétroviseur. Naturaliste amateur et passionné, Yann rêve d’acquérir un terrain, de construire sa ferme et de faire pousser une foule d’espèces.

Il m’emmène découvrir une forêt perdue dans un endroit hors du temps. Occasion aussi de rendre à ses vieux amis une petite visite de courtoisie. Du col des Palomières, on devine la cuvette qui délimite cette enclave hors du monde : les baronnies des Pyrénées. La vue est impressionnante.

« À partir d’ici, on peut enlever la ceinture. Les flics ne traînent pas trop dans le coin».

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

La petite Amazonie des Pyrénées

Au siècle passé, l’endroit a connu un dépeuplement massif. Descendre dans la plaine : logique du XXème siècle. Aujourd’hui vivent ici ceux qui résistent ou qui remontent à contre-courant.

Quelques villages s’accrochent aux reliefs. Les troupeaux de moutons gambadent devant le camion. Les vallées sont encaissées, il faut sortir le grand angle pour repousser les parois. Mon téléphone ne capte plus aucun signal.

Arrivé au village de Bagnos, un petit chemin descend vers le fond de la vallée. L’atmosphère se fait plus humide, la lumière pénètre avec peine. C’est la gourgue d’Asque, la petite Amazonie des Pyrénées, une forêt où la mousse règne en maître. Le sol est tapissé de vert, les arbres, penchés sur le torrent, perchés sur les rochers, se drapent de lychens et prennent des airs de grands sages vénérables.

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Les chevreuils de la vallée

Moins facile de parquer un van pour la nuit que de planter la tente. On se replie sur Bagnères-de-Bigorre chez Gab, un vieil ami de Yann, charpentier-menuisier. Un chevreuil comme on appelle ici les chevelus mal rasés.

Dans quelques jours, tous les gens des Baronnies afflueront vers Bagnères à l’occasion du marché, le grand lieu de retrouvailles hebdomadaire. Je devrais faire quelques rencontres qui valent le détour et poursuivre ma découverte des Pyrénées de l’intérieur.

Pour l’heure, Gab m’emmène marcher en montagne.

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france

Barons et baronnies des Hautes Pyrénées  - carnet de voyage en france


Vous avez fait bon voyage ?

Un petit clic pour dire merci ?

Je vous emmène dans mes valises ?
Inscrivez vous, le billet est offert.

Globe-trotter chaque mois sans bouger de chez soi()

Laissez un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* :


six + 3 =

Laissez un petit mot

  • Rougé Catherine

    Bonsoir Mat,

    Encore merci pour toutes vos belles photos et vos récits toujours très agréables à lire et découvrir. C’est un vrai plaisir de suivre votre parcours :-)
    Saint Savin…..cela m’a ramenée à une vieille lecture que j’avais adorée « sur les bords de la rivière Piedra » de Paulo Coelho.
    Bon courage à vous pour la suite. Et belle route :-)

    Répondre

    • Mat Post author

      Merci Catherine ! Et merci pour le bouquin de Paulo Coelho que j’ajoute à ma liste de bouquins à lire. Un jour je prendrai un an pour ne faire que ça : lire les bouquins que j’ai listés !! À bientôt :)

      Répondre

  • Marie Claude Gaillou

    Toujours sympa ce voyage , et la forme est revenue ou le lumbago se rappelle toujours à votre bon souvenir ?

    Répondre

    • Mat Post author

      Merci Marie Claude ! La forme est revenue, même s’il reste encore quelques réminiscences de temps en temps. J’ai changé de système de portage et mon dos et mes genoux me disent merci :)

      Répondre

  • gilles le baron

    Salut mon ami!

    je suis content que tu aies commencé ton texte par mes filles! Et merci pour les Barons! C’est rigolo! Et merci également pour les bâtons de marche! C’est toi, le seigneur!
    J’ai envie de t’appeler un de ces quatre. Tu me dis quand ce sera pas compliqué pour toi?
    Bises

    Répondre

    • Mat Post author

      Monsieur le baron ! ;-)
      Bah avec plaisir, tu parles… Pour me joindre, plutôt le soir pour avoir plus de chance. En journée, pas toujours du réseau, pas toujours de la batterie…
      J’essaierai moi aussi de mon côté ! La bise

      Répondre

  • bleuvermeille

    coucou Mat,
    Lourdes ! quels souvenirs !
    j’ai bien ri en lisant « les bavoirs à l’effigie de Bernadette »… !!!
    C’est vrai qu’aux abords de la grotte, que de commerçants de bondieuseries.
    Les ramanances par centaines de kilos, certes,mais aussi des actes de foi authentiques, un peu comme le tien.
    Et la marche aux lumières le soir, c’est magique, même si on a les pieds comme des steaks d’avoir marché toute la journée pour accompagner les malades jusqu’à la source.

    Répondre

    • Mat Post author

      Coucou Bleue ! Oui c’est vrai, il y a aussi une vraie ferveur, on sent que c’est chargé d’émotion tout ça, des cierges brûlent pour des années, des gens pleurent, la roche est toute lisse de mains posées…
      Mais il faisait un temps tellement dégueulasse que le site était désert. On ne voyait que les boutiques, du coup…
      J’avais pris plein de photos des bondieuseries les plus kitsches mais elles sont tombées à la mer… Perdues donc, sauf pour les poissons !

      Répondre

  • bleuvermeille

    Bon dis-donc t’a bien bossé ton blog ! je vois les améliorations lectures après lectures… Et quelles jolies photos des Pyrénées :-)
    On en prend plein les yeux de ces bois de mousse et de cette neige poudrée.

    Répondre

    • Mat Post author

      Pffffff, j’ai eu tellement de mal à choisir les photos… J’en ai des dizaines ! C’était dingue ce coin.
      Et la neige, c’était quand même l’objectif du voyage dans les Pyrénées alors je n’allais pas bouder mon plaisir :)
      Je compte bien revenir dans les Pyrénées, c’est magnifique…

      Répondre

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?