Berlin-est Berlin-ouest : le match

Berlin

  • View Larger Image berlin-est-berlin-ouest-bons-plans

Berlin-est Berlin-ouest : le match

Berlin

9 novembre 2014

3 Commentaires

Berlin est contre Berlin ouest. Un match amical pour les 25 ans de la chute du mur de Berlin. Première mi-temps de ce derby où, pour une fois, tout le monde joue à domicile.

Bien sûr, la frontière est désormais invisible. Bien sûr, les populations cohabitent (quoique…). Mais 25 ans après la chute du mur, Berlin porte encore les traces de son histoire. À l’est et à l’ouest du mur, on ne vit pas de la même manière.

Où fait-il bon traîner ? Quels sont de part et d’autre les meilleurs endroits ? Voici un match amical pour départager ossis et wessis en deux mi-temps de quatre quart-temps chacune. Les deux équipes rentrent sur le terrain.

Berlin-est vs Berlin-ouest : où boire un thé ?

Tadshikische Teestube : il faut pousser les portes secrètes de Berlin pour découvrir ce petit salon de thé en marge des terrasses populeuses de l’Oranienburger strasse. Les frères communistes ont légué la maison de thé tadjik au camarades est-allemands. Décor de bois sculpté, tapis moelleux… Je m’installe à même le sol sur des coussins soyeux et rembourrés. Le thé des caravanes, léger et fumé, avec sa théière de terre cuite, me propulse sur la route de la soie. Porcelaine pour le thé de Chine Kemun, fer blanc pour le thé noir de Russie, curieusement doux et tanique. Le sucre candy et le petit gâteau beurré lui donne une jolie note sucrée. Dans cette bulle hors du temps, je passerais bien quelques heures.

Bons plans Berlin - Maison de thé tadjik
Bons plans Berlin - Kaffee Kuchen au Kafeerösterei

Berliner Kaffeerösterei : séance de Kaffee-Kuchen très comme il faut chez les mémères de Charlottenburg. Moi qui ne sais pas choisir, je me perds dans la liste des cafés : neuf sortes d’expresso, des centaines de cafés venus de contrées exotiques… Galapagos ? Yemen ? Où vais-je partir ? Sur la carte des thés, d’autres destinations : Formose ? Java ? Et pourquoi pas une pleine théière de gingembre citron ? Le Chaï Tiger spice me prend dans ses griffes. Il me rappelle – sans les valoir – les boissons brûlantes et délicieusement écoeurantes des petites échoppes le long des routes indiennes. Reste le meilleur : le choix du gâteau. Le tiramisu a l’air diabolique, mais je me laisse tenter par la mousse banane-chocolat blanc. J’avoue. Tout ça n’était qu’un prétexte pour m’empiffrer ! Enormes, crémeux, fondants… Un poil lourd.

Berlin-est vs Berlin-ouest : où faire de l’urbex ?

Eisfabrik/Teepee Land  : c’est un des fleurons de l’exploration urbaine à Berlin. Les photos appétissantes de ses machineries taggées et de ses gravats nostalgiques gravitent un peu partout sur le web. Une cheminée-girafe trahit le bâtiment caché derrière des immeubles sentinelles. Je suis les barbelés, en quête d’un chemin interdit. Toutes les issues sont murées, défendues par des grilles, surveillées par un gardien. Pour la visite, j’arrive trop tard. Mais coincées entre les rives de la Spree et l’immeuble en ruine, je découvre les tentes de Teepeeland. C’est un village récup’ qui ne manque ni d’idées ni d’humour. Tout le monde y est le bienvenu, des tentes sont même proposées en couchsurfing. La vie de la communauté s’organise autour de projets culturels : concerts, projections, spectacles… Les séances de stand-up sont même les plus courues de la ville. Je prends rendez-vous pour la soirée d’Hallowee…d, en attendant de prêter main forte aux jardins participatifs.

Bons plans Berlin - Teepee Land et la Eisfabrik
Bons plans Berlin - Urbex à Beelitz-Heilstaaten

Beelitz : L’architecture art déco de cet ancien hôpital de Beelitz-Heilstatten est un graal pour les fans d’urbex. On ne visite pas tous les jours un sanatorium abandonné en plein milieu de la nature, à 50 km du centre de Berlin. Pousser les grilles, soulever les panneaux en bois. L’entrée mérite quelques contorsions. Derrière la silhouette orgueilleuse des bâtiments, on découvre des pièces carrelées d’un blanc clinique. La peinture écaillée dessine d’étranges cartes sur les murs. Des couloirs errent de salles en salles. Frigo béant, piano fantôme, lit tordu, les objets sont les derniers gardiens du lieu. Chaque pièce est une scène inerte et surréaliste.

Berlin-est vs Berlin-ouest : où boire un cocktail ?

Buck & Breck : C’est l’un des bars à cocktail les plus côtés de Mitte. Un mur décrépit, pas d’enseigne, une simple sonnette et un post-it griffonné au stylo Bic. On vous ouvre et la magie commence (je ne poste pas de photo pour préserver l’effet de surprise). Les Américains ont introduit la folie des cocktails à Berlin-ouest, à l’époque du mur. Les Allemands en ont fait une religion. Un grand bar trône au centre de la pièce. Il occupe tout l’espace. Derrière, le barman est plus concentré qu’un moine Shaolin. Poudres, zestes, larmes, rivière, alcool, glaçons, cuillère, chaque geste est réalisé avec une précision d’horloger. Le sort du monde semble entre ses mains. Peut-être, après tout ? En trois tournées, nous sauvons dans la soirée les femmes excisées d’Afrique, les Indiens d’Amazonie et les tribus en voie d’extinction du Kamchatka.

Bons plans Berlin - Buck & Breck, cocktail bar
Bons plans Berlin - Urbex à Beelitz-Heilstaaten

Le Victoria : Au Victoria, barman, c’est un métier et un uniforme. Lunettes noires à large bord, chemises blanches impeccables, cravates dans la boutonnière…  Le chef d’escadrille, képi de l’US air force sur la tête, s’assoit à côté de moi pour prendre ma commande. Trois questions plus tard, le Dark and Stormy arrive sur le bar. Rhum, épicé, à siroter. Le premier cocktail me débarasse de mon moral en berne. Le deuxième me met de bonne humeur. Ranglum, une création de la maison. Rhum jamaïcain, Falernum, citron vert. C’est fort. C’est bon. Mon voisin commande une bière. Ça me fait rire. Le serveur fait des petits mouvements de tête nerveux face à une jolie blonde qui met une heure à passer commande. Ça me fait rire. À ma droite, un client en veston pied-de-poule joue les connaisseurs : « il y a trop de citron, non ? ». Tout me fait rire. Les barmans s’affairent, les portes claquent, bruits sec de métal, les glaçons gloussent dans les verres. Je me sens bien cool.

Berlin-est vs Berlin-ouest : où dormir ?

Ostel, DDR design-Ostel : Coincé entre un supermarché discount et un grossiste en meuble, le DDR Ostel joue à fond la carte de l’ostalgie. Nostalgie vintage et exotisme suranné. En rentrant dans ma chambre, les 2 meubles chinés, le tableau mauvais goût et la tapisserie orange ne me disent rien qui vaille. Tentative d’intoxication… Le téléphone et la radio, stars de la déco, tentent de m’amadouer. « C’est chic, le passé, c’est exotique ». Mmm… J’ai l’impression d’habiter en HLM. Portes en carton, pièces exiguës, couloirs vides. Pas même de pièce commune. Pour expérimenter cette fameuse chaleur humaine que revendiquent les ossis, il faut aller au restaurant, ouvert par l’hôtel dans la même veine : Heimat, la patrie. Dois-je prendre l’absence d’isolation pour un signe de convivialité ? J’entends la vie des autres comme si j’avais laissé la porte ouverte. Le bébé d’à côté. La télé du dessus. Les retours de soirée… Je fais mon rapport à la stasi !

Bons plans Berlin - DDR Ostel Design Hostel
Bons plans Berlin - Urbex à Beelitz-Heilstaaten

25h hotel Bikini Berlin : Le 25h hotel Bikini Berlin triche un peu en réunissant l’esprit de Berlin est et de Berlin ouest dans un hôtel design. A tous les étages, même soucis du détail. Structure en béton brut, cloisons en palettes de bois envahies par le lierre, objets vintages improbables… L’esprit récup de Berlin est. Canapés moelleux, lampes design, tablettes et imac à disposition… Le confort de Berlin ouest. Mais surtout, SURTOUT, cette paroi vitrée qui laisse rentrer la lumière jusque dans les moindres recoins de ma chambre et offre une vue fantastique sur tout le Tiergarten. Un hamac me sourit et m’invite à la contemplation. Le 25h hotel Bikini transforme mes rêves en réalité.

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

Berlin-est Berlin-ouest : le match
Notez moi !

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Bodnath temple, sous les yeux du bouddha

Népal

2 juillet 2017

Loin de la fièvre des festivités auxquelles j’ai assisté à Patan, le Bodnath temple est un lieu de calme et de sérénité. Les yeux du bouddha qui ornent la base […]

Les nouveaux chemins de Katmandou - Carnet de voyage au Népal

France

25 juin 2017

De Thamel à Durbar square, itinéraire à travers Katmandou. Entre traditions boudhistes et nostalgie hippie, la capitale du Népal se révèle haute en couleur. Une bouffée d’air frais dans le […]

Bénarès, pélerinage musical au bord du gange

Inde

30 mai 2017

Bénarès est une respiration dans notre voyage en Inde. Loin de la foule de l’Uttar Pradesh, nous sommes venus assister au festival de musique donné en l’honneur du Dieu-singe Hanuman. […]

Le GR10, de falaise en falaise - carnet de voyage France

France

25 mars 2016

Pluie, nuit, vent sur le GR10. L’hiver est doux cette année. Malgré l’absence de neige, les caprices de la météo me rendent vulnérable. D’étape en étape, je me plie aux […]

 

Laissez un petit mot


7 − deux =

  1. didier

    8 avril 2015 à 12 h 42 min - Répondre

    bjr je suis allé faire mon service militaire pendant 2 ans au quartier napoléon a Berlin une ville magnifique ,j’ai connu pleinement le mur en patrouillant dans le secteur français ensuite je suis revenu pour 1 mois en 1992

    • Mat

      11 avril 2015 à 15 h 09 min - Répondre

      Bonjour Didier ! Ah je serais bien curieux de savoir quelle ambiance planait sur la ville à l’époque où tu y étais (c’était quand ?). Pour ce que j’en ai vu, lu et entendu, un vent de liberté a soufflé sur Berlin-ouest durant toute la période du mur. Mais c’est la version punko-babacool. Ça m’intéresserait de savoir si en tant que militaire, tu as ressenti ça… Ou autre chose ?

  2. […] Teepeeland – Photo : lesvoyagesdemat […]

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?