Du feu et de l’eau dans le désert

-

  • View Larger Image Un trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas

Du feu et de l’eau dans le désert

-

20 février 2015

1 Commentaire

Déjà deux jours de marche nous séparent d’Amtoudi. Nous avons suivi le canyon, gravi la falaise. À chaque virage, à chaque nouveau tableau, un nouvel émerveillement. Ce trek au Maroc sans guide est un enchantement. Même si le soleil n’est pas là.

Le feu

Aux bivouacs, nous trouvons parfois la trace de feux minuscules. La sobriété des nomades vaut tous les traités d’écologie. Les notres, de feu, sont flamboyants. Ils nous lavent de la fatigue du jour. Le soleil n’est pas là ? Nous l’invoquons chaque soir autour du foyer. Lorsque nous nous taisons, le feu parle pour nous. Il claque comme un drapeau au vent. Il sera le seul signe de notre passage. Derrière nous, rien que des traces minérales.

Les flammes font danser la falaise. Le palmier qui bruisse, la table taillée dans la roche, le mur de pierres sèches… Dans ce clair-obscur, tout prend une teinte hors du temps. Je demande à Bertrand de raviver le feu pour prendre une photo et m’éloigne, de l’autre côté du grand à plat rocheux où l’eau court de roche en roche.

« C’est bon comme ça ? »

Je lève la tête. Deux rameaux de palmier enflammés embrasent le campement. Bertrand les agite du bout des bras comme un contrôleur aérien pyromane. Depuis des milliers d’années, les hommes habitent Boulaquas, ce lieu où nous allons passer la nuit. Ce soir, c’est notre tour. Au pied de cette falaise abrupte, est-ce qu’ils jouaient avec le feu, eux aussi ?

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Bivouac à Boulaquas

L’eau

Nous avons fait le plein d’eau en prévision du manque. Le canyon s’évase, les mares croupissent en silence, les couleurs sont ternes, le ciel nuageux. Par moment, le soleil perce et allume les sommets. Le vent, lui, annonce l’averse.

Elle viendra. Au sommet du cratère, là où nous sommes les plus vulnérables. Une averse de désert : quelques gouttes aussitôt bues par la pierre. À peine de quoi faire un impact au sol. Juste une mise en garde. Le décor est aride. Longues courbes des strates colorées, fond clair des oueds, pistes caillouteuses escaladant les pentes vers d’improbables lieux peuplés. Le plateau est atteint. Il nous bluffe par sa beauté nue.

Les traces d’un chevreau dans le sable humide sont les seules présences de vie. Nous finirons quand même par croiser un homme, sobre comme un arbre sec. Premier bivouac sans eau à proximité. Les vache qui rie-oignon rouge croqué comme une pomme-thon à l’huile sont notre festin. Le tajine d’Abdou, notre graal.

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - La fin du canyon

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Dernière oasis avant le plateau

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Une maison

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - une rencontre

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Au sommet

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - De la roche à perte de vue

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Marcher sur le plateau

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Allumer les sommets

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - La menace

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Tranber sous le ciel

Les hommes

Abdou est une des bonnes raisons de venir à l’auberge « On dirait le sud ». Son mélange d’épices est un secret qu’il vend par petits sacs de 50 Dirhams. Tout ce qu’il peut dire, c’est qu’il agrémente ses légumes de zestes d’orange.

À la table d’à côté, « Monsieur Pierre » partage le même tajine. Pierre Beaubrun, français du Maroc et méhariste depuis toujours. « 1124 km sans toucher le goudron » lance-t-il d’un ton voilé. Mais l’œil pétille. Modestement, il partage avec nous les « trucs rigolos » qui occupent sa retraite d’ancien océanographe.

Éffarés, nous découvrons sur l’écran de son ordinateur ce que nous avons râté durant notre marche : fenecs, aigles royaux, gazelles, vipères à cornes, najas…  Lui connaît tout : le prénom des escargots, le nombre de familles de grenouilles qui survivent dans l’oued, l’effet funeste du jus de cervelle de hyène sur le métabolisme humain, tout.

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Le reg

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Surplomber la cascade

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Retour dans le canyon

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - La civilisation

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Dernière ligne droite

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Couleurs désert

Le soleil d’Amtoudi !

Des formules liturgiques se balancent sur le disque laser accroché au rétroviseur. Installés sur la banquette arrière de la R18, nous faisons corps avec la route qui nous ramène à la civilisation, celle du goudron. Les suspensions molles font merveille sur la piste.

A l’extérieur, les pics des montagnes se découpent sur un ciel bleu narquois. Les deux vieux à l’avant s’échangent quelques nouvelles à bâton rompu avant d’engager une conversation convenue avec les touristes de passage.

« Vous connaissez Amtoudi ? Combien de jours ? »

« 4 jours dans le canyon. On a marché jusqu’au plateau. Jusqu’à Boulaquouas»

Comme un seul homme, ils se retournent et nous regardent de haut en bas. La capuche leur en tombe.

« Boulaquas ?!?… Oooooooh, bien, bien ! »

D’un mot, nous sommes devenus un peu des leurs. L’œil plissé, ils rayonnent. C’était peut-être ça, finalement, le soleil d’Amtoudi.

Trek sans guide au Maroc - 5 jours dans l'anti-Atlas - Coup de pompe

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

Du feu et de l’eau dans le désert
Notez moi !

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Le Népal à vélo - sur les pentes de l'Himalaya

Népal

17 août 2017

Le Népal à vélo, de Katmandou à Birganj, sur l’ancienne route des Indes. Cols hors catégorie et pauses haschich, avec pour toile de fond les sommets de l’Himalaya.

Bodnath temple, sous les yeux du bouddha

Népal

2 juillet 2017

Loin de la fièvre des festivités auxquelles j’ai assisté à Patan, le Bodnath temple est un lieu de calme et de sérénité. Les yeux du bouddha qui ornent la base […]

Les nouveaux chemins de Katmandou - Carnet de voyage au Népal

France

25 juin 2017

De Thamel à Durbar square, itinéraire à travers Katmandou. Entre traditions boudhistes et nostalgie hippie, la capitale du Népal se révèle haute en couleur. Une bouffée d’air frais dans le […]

Katmandou en bus - récit de voyage d'un tour du monde

Inde

11 juin 2017

Quand on prend le bus pour le Népal depuis l’Inde, on se dit que le spectacle sera à l’extérieur. Faux !

 

Laissez un petit mot


un + = 2

  1. Cherradi

    16 mai 2017 à 7 h 27 min - Répondre

    C est super ! et je garde un souvenir inoubliable de la région d Amtoudi.
    Merci pour ce voyage qui ravive mes souvenirs de 2000.

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?