Abordage de pirates au carnaval de Dunkerque

-

  • View Larger Image Carnaval de Dunkerque - la bande de pirates

Abordage de pirates au carnaval de Dunkerque

-

2 février 2014

4 Commentaires

Une foule dense, accrochée coude à coude, progresse tant bien que mal au son du tambour major… De la viande saoûle qui festoie depuis des jours – pour certains, depuis des semaines. C’est la bande de Dunkerque qui clôturera ce soir 4 jours de bals par celui « des acharnés ».

Maquillé comme une voiture volée, j’arbore chapeau à fleurs, perruque, manteaux de fourrure, boa et bas résilles. L’uniforme du carnaval de Dunkerque se décline sur tous les tons, surtout s’ils ne vont pas ensemble. De la couleur, voilà le maître-mot.

Le carnaval de Dunkerque, trois mois de chahut

A Dunkerque, le carnaval est une institution. Si les 3 joyeuses, dimanche, lundi et mardi gras, sont le point culminant des festivités, les premiers bals et les premières bandes ont lieu depuis début janvier.

Celle qui défile à Dunkerque a des allures de flibuste. Elle entonne à plein poumon des chansons qui parlent de marins, de retours hypothétiques et de gaudrioles, comme dans « putain d’Islande ».

Depuis trois jours, t’es déguisé, t’es maquillé et t’as picolé
Te v’là asteur, su’l’point d’partir
Cap sur l’Islande
Mort aux flétans!

Tu vas laisser femme et enfants
Et p’t’êt’ mourir là-bas su’ les bancs
Pou’ des morues ou des z’harengs
Va dans la bande, pense qu’au présent.

Justement, moi, c’est au présent que je vais mourir… Les rangs sont serrés, les chahuts effrénés. Pour avoir une chance de survivre, comme dans un banc de poisson, il faut s’arrimer à ses voisins. Bras dessus- bras dessous, le filet humain dérive dans les rues au son du tambour-major. Progressivement, les lignes de carnavaleux se muent en vagues de pirates qui montent à l’assaut à cor et à cris.

Dans la ferveur de la bande

L’ennemi ? La fatigue. Dans la foule compacte, le souffle est court. Par moments, mes pieds ne touchent plus terre. Les rangs de devant me labourent les tibias, ceux de derrière m’enfoncent les côtes. Face à l’adversité, les compagnons d’infortune font corps dans la ferveur des chants grivois et la fraternité de la bande… Les carnavaleux sont les pirates d’un jour. Jouisseurs, braillards, solidaires…

Dunkerque célèbre son héros Jean Bart, corsaire du XVIIème siècle et terreur des mers. Mais la bande perpétue aussi une tradition : celle des cortèges de marins arrosant leurs derniers jours à terre. Des expéditions de pêche à la morue, tous ne revenaient pas.

L’épreuve du rigaudon final

Place Jean Bart, la foule s’amasse pour le rigaudon final. C’est le point d’orgue de l’événement. Une heure de bande. C’est long, une heure de bande… Très long… Dans la cohue, j’étouffe.

Je tente une sortie. Chute. Chaos. Cris. Sursaut. Je m’extirpe de cette soupe de bras, de jambes, de corps enchevêtrés. Je suis dehors ! Respirer, enfin.

Alors que je me remets de mes émotions retentissent les premières mesures de l’hymne à cô-pinard. Main dans la main, les carnavaleux rendent hommage au célèbre tambour-major, incarnation vivante de l’esprit du carnaval de Dunkerque, dont on disait « qu’il se rentre tôt, qu’il se rentre tard, il boit toujours son verre d’pinard ».

Salut à Cô-Pinard,
salut à ta mémoire.
Là-haut, tout près d’Jean Bart,
c’est ta gloire,
Tant d’années à nous guider,
tant de masques à aimer,
A c’t’heur’ nous voilà tous en pleurs.

Carnaval de Dunkerque - Le pavillon pirate

Carnaval de Dunkerque - La flibuste

Carnaval de Dunkerque - Les carnavaleux

Carnaval de Dunkerque - Carnavaleux rasta   Carnaval de Dunkerque - L'ange

Carnaval de Dunkerque - La joie du carnaval

Carnaval de Dunkerque - Le gang des lunettes

Carnaval de Dunkerque - Force rose

Carnaval de Dunkerque - Un petit coin de parapluie

Carnaval de Dunkerque - La perruque

Carnaval de Dunkerque - Parapluies et ciel bleu

Carnaval de Dunkerque - Les pinguoins

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

Abordage de pirates au carnaval de Dunkerque
Notez moi !

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Bodnath temple, sous les yeux du bouddha

Népal

2 juillet 2017

Loin de la fièvre des festivités auxquelles j’ai assisté à Patan, le Bodnath temple est un lieu de calme et de sérénité. Les yeux du bouddha qui ornent la base […]

Les nouveaux chemins de Katmandou - Carnet de voyage au Népal

France

25 juin 2017

De Thamel à Durbar square, itinéraire à travers Katmandou. Entre traditions boudhistes et nostalgie hippie, la capitale du Népal se révèle haute en couleur. Une bouffée d’air frais dans le […]

Katmandou en bus - récit de voyage d'un tour du monde

Inde

11 juin 2017

Quand on prend le bus pour le Népal depuis l’Inde, on se dit que le spectacle sera à l’extérieur. Faux !

Bénarès, pélerinage musical au bord du gange

Inde

30 mai 2017

Bénarès est une respiration dans notre voyage en Inde. Loin de la foule de l’Uttar Pradesh, nous sommes venus assister au festival de musique donné en l’honneur du Dieu-singe Hanuman. […]

 

Laissez un petit mot


neuf + = 13

  1. Adeline

    2 février 2014 à 21 h 20 min - Répondre

    Ben on t’entend mais on te voit pas :(… Elle est où ta photo avec ton maquillage de voiture volée et ton chapeau ?

    Belles photos 🙂

    • Mat

      2 février 2014 à 23 h 54 min - Répondre

      Merci Adeline 🙂
      Ah les selfies… C’est vraiment pas ma tasse de thé.
      Je préfère montrer ce qui se passe dans la rue ! Déjà, qu’on m’entende, ça tient du quasi-miracle…

  2. Charly de Sourires Nomades

    3 février 2014 à 17 h 25 min - Répondre

    Excellent Mat ! Merci pour cette immersion carnavalesque. Et ces photos de sourires maquillés, tu imagines bien que j’adore 😉 Si tu as envie de mettre un peu de couleurs sur Sourires Nomades hésite pas lol. D’ailleurs je crois qu’il n’y a pas encore eu de sourires « Made in France ». A toute.

    • Mat

      3 février 2014 à 18 h 45 min - Répondre

      Hello Charly ! Oui ça sourit pas mal à Dunkerque durant le carnaval (bon un peu moins durant le rigaudon final…)
      Je veux bien partager quelques uns des sourires que j’ai dans ma besace. Ca se passe comment ? Tu m’expliques par mail à mathieu@lesvoyagesdemat.com ?

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?

Enthousiasmé par la diagonale du vide ?

Je suis sur la route ! Pour embarquer dans les valises et découvrir la France hors des sentiers battus,

Suivez moi !