À Auberive, réveiller l’instinct du chasseur

-

  • View Larger Image Observer les animaux - Forêt d'Auberive - Le saut de la biche

À Auberive, réveiller l’instinct du chasseur

-

30 août 2015

8 Commentaires

Je passerais des heures à observer les animaux sauvages. Mais depuis le début du voyage, ils jouent à cache-cache. Dans cette partie où je suis le loup, je perds à chaque fois et mon appétit ne cesse de grandir. J’espère le satisfaire aux tanières d’Auberive.

J’entends bruisser les feuilles. Je vois des formes lointaines disparaître derrière le talus. Un renard. Un chevreuil. Ces apparitions fugaces me laissent sur ma faim. Pire, elles aiguisent mon appétit.

Enfouies dans la terre au cœur d’une vallée sauvage, les tanières d’Auberive permettent d’observer les animaux de la vallée sans les déranger. Avec une densité de quatre habitants au km2, ce sont eux sont les véritables maîtres des lieux.

Jean-Yves Goustiaux connaît toute la magie de ces rencontres avec la vie sauvage. Plus jeune, il a passé un mois dans la forêt pour recenser les chevreuils.

« Ce qui était fascinant, c‘était de sentir resurgir en moi des choses que je croyais éteintes. Au bout d’un mois, tous mes sens étaient bien plus affûtés, ma lecture du terrain beaucoup plus précise. »

Mon instinct ne demande qu’à être réveillé.

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - Par ici !

Une nuit dans un perchoir

Cette nuit là, je dors dans un perchoir. Juchée sur des pilotis, la structure de métal et d’osier du « nid d’Amorey» domine la vallée et s’ouvre sur le ciel.

Le vent est tombé avec le lever de la lune. J’entends le souffle lourd de la forêt qui respire. Craquement d’une brindille. Chuchottement des feuilles. Les notes haut perchées des crapauds percent le silence dans un style télégraphique. Quelques hullulements résonnent à distance. Les stridulations des grillons font vibrer l’air comme s’il scintillait.

Je ne vois rien, j’entends tout. Mes oreilles sont mes yeux. Je me sens parfaitement présent.

Parfois, comme une surprise, le rythme syncopé d’un pas léger. Glissement dans les feuilles. Silence. Craquement brusque, terre qui résonne sourde, la cavalcade s’éloigne, et puis de nouveau, retour au plain chant  de la forêt.

La lumière de ma lampe fait l’attraction. Que se passe-t-il en l’air ? Que se passe-t-il en bas ? J’ai toute la nuit pour écouter vibrer ce monde.

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - Le nid d'Amorey

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - L'escalier qui mène au cockpit

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - Du métal et de l'osier

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - Vue imprenable sur le ciel

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - Le ballet des nuages

L’instinct du chasseur

J’emprunte les galeries végétales qui percent la forêt communale la tête encore toute pleine de la nuit précédente. Je n’ai rien vu mais j’ai expérimenté l’invisible.

Une odeur sucrée de foin mouillé sature l’air. Les feuilles détrempées étouffent le bruit de mes pas. Perdu dans mes pensées, je mets quelques secondes avant de me figer net. À cent mètres, deux biches avancent d’un pas prudent. J’ai rêvé de ce moment. Mon appareil photo est prêt. J’enlève sans bruit le capuchon de l’objectif. À pas de loups, j’avance dans l’ombre du sous-bois.

Que s’est-il passé ? Qu’ont-elles vu ? Entendu ? Les deux formes relèvent la tête, rebroussent chemin, disparaissent à couvert. Je me glisse avec lenteur jusqu’au lieu de l’apparition. Évanouies. Immobile, silencieux, tous mes sens sont en alerte.

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - treillis lumineux

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - les galeries végétales

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - Les galeries végétales

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - L'apparition

Observer les animaux… Dans le viseur !

Un jappement survient sur ma droite. Les deux biches sont là, à dix mètres. Bruit de course à travers les branches. Je ne vois rien mais, comme cette nuit, mes oreilles seront mes yeux. Je suis le vacarme qui se déplace à toute allure et shoote à l’aveugle dans le fatras indistinct de branches et de feuilles qui défilent devant mon objectif. Une forme bondissante se découvre soudain dans l’ombre du chemin. En quelques bons grâcieux, elle disparaît de mon viseur. La scène n’a pas duré 10 secondes !

Aurais-je été plus ébahi de voir un zèbre, un buffle ou un rhinocéros ? Je ne crois pas. L’excitation de la traque et l’émerveillement d’avoir retrouvé, l’espace d’un instant, le monde sauvage sont les mêmes.

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - Le saut de la biche

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - 10 secondes de bonheur

Observer les animaux - Forêt d'Auberive - 10 secondes de bonheur

 

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

À Auberive, réveiller l’instinct du chasseur
Notez moi !

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Le Népal à vélo - sur les pentes de l'Himalaya

Népal

17 août 2017

Le Népal à vélo, de Katmandou à Birganj, sur l’ancienne route des Indes. Cols hors catégorie et pauses haschich, avec pour toile de fond les sommets de l’Himalaya.

Voyage à pied en France - carnet de voyage

France

9 avril 2017

Que retenir de ce voyage à pied en France ? Coup d’oeil dans le rétro sur les neufs premiers mois de marche à travers la diagonale du vide. Des Ardennes […]

Balade nature dans la Creuse - carnet de voyage France

-

31 janvier 2017

En Creuse, je croise des cuisiniers qui jardinent, des adeptes du land art, des étudiants élevés à l’école buissonnière… De l’étang des Landes à l’arboretum de la Sédelle, la balade […]

Balade sur le plateau de Millevaches - Carnet de voyage France

-

4 janvier 2017

Sur le plateau de millevaches, balade en forêt à la découverte d’un territoire qui revendique haut et fort sa différence et sa liberté.

 

Laissez un petit mot


+ 1 = dix

  1. BOUCHOT

    30 août 2015 à 22 h 10 min - Répondre

    Quelle magnifique étape ! Ce devait être palpitant cette nuit, perché dans la forêt.
    Bises, Martine

    • Mat

      31 août 2015 à 19 h 04 min - Répondre

      Halala Martine ! C’était fou ! J’ai passé deux heures à écouter la forêt, complètement hypnotisé par tous ces sons.
      L’enregistrement rend un 100ème seulement de tout ce qu’on entend…
      Je me suis même fait une petite sortie nocturne malgré la peur de rencontrer des sangliers pour aller enregistrer les crapauds et leur petite voix haut-perchée. Ça valait le coup !
      Bises !

  2. Malicyel

    31 août 2015 à 21 h 23 min - Répondre

    C’est mon rêve en ce moment de dormir dans une cabane perchée, juste pour le plaisir de vivre en pleine nature le temps d’une nuit<3

    • Mat

      31 août 2015 à 21 h 51 min - Répondre

      Oui, pour s’évader, c’est le rêve !
      Mais si tu n’as pas de cabane sous la main, pour vivre une nuit en pleine nature, tu peux tout simplement faire du camping sauvage.
      Ça marche très bien aussi, les bruits sont justes un peu plus… Proches de la tente 😉

  3. Sébastien

    9 novembre 2015 à 17 h 42 min - Répondre

    J’adore ton article Mat.

    Et puis ton fond sonore… trop bien. J’écoute là, devant mon ordinateur ces bruits reposants, tout en te lisant, et en essayant de ressentir ce que tu as vécu.

    Très bel article, vraiment !

    • Mat

      9 novembre 2015 à 19 h 07 min - Répondre

      Merci beaucoup Seb 🙂
      Je suis content que le son t’ait fait voyager. C’est lui qui m’a emporté cette nuit.
      Pour la biche, en revanche, j’avais besoin de mes yeux ! A ce propos, j’ai assisté il y a peu au brâme du cerf. En matière de son, c’est une expérience in-croy-able qu’il faut faire au moins une fois dans sa vie. J’en ai encore des frissons !

      • seb

        9 novembre 2015 à 19 h 59 min - Répondre

        C’est marrant que tu me dises ça, nous aussi on a entendu notre premier récemment, lors de notre dernière virée aux Etats-Unis, il y a quelques semaines. C’est beau et surtout hyper impressionnant !

        Bon ta prochaine mission, c’est donc de nous ramener un petit enregistrement audio alors 🙂

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?