La Sologne, côté forêt

-

  • View Larger Image Balade en forêt de Sologne - Carnet de voyage France

La Sologne, côté forêt

-

15 janvier 2016

6 Commentaires

La forêt de Sologne a mis son manteau d’automne. En chemin, des rencontres colorées pimentent la balade romantique. Éleveurs, apiculteurs, poètes, chasseurs…

À Mehun-sur-Yèvre, nous quittons les eaux dormantes du canal de Berry à la lisière de la forêt de Sologne. Sous le ciel bleu, l’ambiance est celle d’une promenade du dimanche. La nuit chez les footeux a laissé quelques traces. Nos yeux cernés nous orientent vers le confort d’un bon lit.

À la ferme des places, Béatrice nous accueille en bottes, entre deux traites de chèvres. Le revenu qu’elle tire de son activité laitière ne suffirait pas à la faire vivre. Le gîte assure la moitié de ses gains. Labellisé « accueil paysan », il met l’accent sur la qualité des produits – la ferme est certifiée agriculture biologique – et de l’accueil.

Sur la table du petit déjeuner, dressée dans la pelouse ensoleillée, les produits parlent d’eux-mêmes. Tout est frais et délicieux, à commencer par les maîtres des lieux. Si les couleurs d’automne n’étaient pas si tentantes (et notre budget si serré), on resterait pour le week-end.

Carnet de voyage en Sologne - Rosée matinale

Carnet de voyage en Sologne - Le long du canal de Berry

Carnet de voyage en Sologne - À la ferme des places

La forêt de Sologne

Sous la lumière de l’automne, la forêt est magique. Le chemin, constellé de champignons. Des parcelles privées réservées à la chasse gênent notre progression et nous rabattent vers l’ennui d’une route goudronnée. Nous finissons par braver un panneau chemin privé, longeons la barrière délimitant une réserve de chasse. Partout, des traces de sangliers. Le gibier doit nous épier.

Une trouée dans la palissade et nous voilà de l’autre côté. Le soleil rasant enflamme la plaine. Deux cerfs approchent à découvert, se figent, nous toisent d’un regard impérial. Le temps suspend son vol. Un sanglier qui passait par là disperse l’ennemi d’une charge non convaincue et disparait lui aussi dans la forêt. Ouf !

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Les chasseurs

Le véritable ennemi fond sur nous depuis le bout du sentier forestier. À notre hauteur, la fenêtre du 4×4 se baisse. Le ton n’est pas aimable, l’haleine un peu chargée, le regard réprobateur.

« C’est donc ça ? Deux bipèdes qui font fuir le gibier et mettent fin à la traque ? Alors maintenant vous faites demi-tour – Non, pas par là – vous regagnez la route et vous sortez de nos terres ».

Faire demi-tour, pour un marcheur, c’est toujours une défaite. Mais la petite réprimande a un goût de victoire. Sans le vouloir, nous avons sauvé la vie des deux cerfs. Le goudron ne nous enchante guère, mais le hasard fait bien les choses…

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Le miel

« je peux vous prendre en stop, mais vous êtes arrivés. Le village n’est plus qu’à 500 mètres d’ici ».

Boris a voyagé plusieurs mois en Australie. Comme autostoppeur, il a été accueilli chez les gens plus d’une fois.

« Si vous voulez, aujourd’hui, c’est moi qui vous accueille. Ma maison n’est pas chauffée mais vous y serez à l’abri. »

Le salon est encombré de cadres, la chambre disparaît sous les cartons, le bureau regorge de rayons et d’essaims en attente. Boris est apiculteur – par choix – et veilleur de nuit – par nécessité. Ses 90 essaims sont un début – il lui en faudrait cent vingt pour vivre de sa récolte – mais la journée a été bonne. Il revient d’un salon où il a vendu tout son miel !

Dans la cuisine, il y a des légumes et des oignons. Nous avons de la semoule et du bouillon… Kat improvise un couscous. Ça sent la bonne soirée.

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Les grands chemins

Et puis il y a le pote Manu qui débarque du train. Lui, il dort dans son camion. Un timide. Diplômé de philo, professeur de sport. Apprenti-apiculteur, alergique aux piqûres d’abeille. Fonctionnaire, révolté contre l’état. Il a l’air de se débattre avec la vie.

Et puis il sort sa guitare et se met à chanter… Sa chanson nous accompagne sur les grands chemins de la forêt de Sologne.

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Balade dans la foret de sologne - Carnet de voyage en France

Vous avez apprécié cet article ?

N’hésitez pas à le partager et à le noter.

La Sologne, côté forêt
Notez moi !

Écrit par

Pour poursuivre le voyage


Fin de partie dans les Cévennes - Carnet de voyage France

France

17 avril 2017

Quatre saisons en France. J’avais décidé que ce voyage durerait un an et que je passerais l’hiver là où il y aurait de la neige. L’itinéraire des neufs premiers mois […]

Voyage à pied en France - carnet de voyage

France

9 avril 2017

Que retenir de ce voyage à pied en France ? Coup d’oeil dans le rétro sur les neufs premiers mois de marche à travers la diagonale du vide. Des Ardennes […]

Balade nature dans la Creuse - carnet de voyage France

-

31 janvier 2017

En Creuse, je croise des cuisiniers qui jardinent, des adeptes du land art, des étudiants élevés à l’école buissonnière… De l’étang des Landes à l’arboretum de la Sédelle, la balade […]

Balade sur le plateau de Millevaches - Carnet de voyage France

-

4 janvier 2017

Sur le plateau de millevaches, balade en forêt à la découverte d’un territoire qui revendique haut et fort sa différence et sa liberté.

 

Laissez un petit mot


+ 3 = sept

  1. Donlope

    18 janvier 2016 à 12 h 53 min - Répondre

    Encore de belles rencontres (si on excepte ce chasseur…caricature du chasseur) et une bien belle aventure qui me tient toujours autant en haleine. Merci pour le partage

    • Mat

      18 janvier 2016 à 14 h 03 min - Répondre

      Hello Seb ! Merci de suivre l’aventure, ça lui donne d’autant plus de sens 🙂
      Effectivement, pour le moment, je n’ai pas encore rencontré le chasseur plus amoureux de la nature que de son fusil. Mais je compte bien le trouver. Je sais qu’il y en a.
      À bientôt !

  2. Christophe

    21 janvier 2016 à 22 h 51 min - Répondre

    Salut Matt! Super la Sologne et j’adore ces photos ! Surtout la 6eme (magique celle la !) et la derniere 😉 J’espere que tu vas bien et que ton periple se passe bien. A bientot !
    Chris

    • Mat

      22 janvier 2016 à 0 h 25 min - Répondre

      Hey Chris ! Ça fait plaisir. Aaaaah, l’oeil du photographe 😉
      J’ai adoré la Sologne oui ! La chance nous a collé aux basques de bout en bout.
      Plus de nouvelles par mail. J’arrive bientôt par chez toi ! Yeeepppaaaaaaaaaa…

  3. Vincent

    28 février 2016 à 12 h 34 min - Répondre

    Bonjour Matt, 🙂

    Que de magnifiques photos encore une fois !

    Tes rencontres ne sont pas tristes ! J’ai bien rigolé avec cette histoire…

    Continue comme ça !

    Vincent.
    http://www.regardnomade.com

    • Mat

      1 mars 2016 à 23 h 10 min - Répondre

      Haha 🙂 Merci Vincent ! Moi aussi j’ai un peu rigolé…
      Je me régale avec ces rencontres sorties de nulle part. Vive les voyages improvisés et les hasards de la route !

      À bientôt,

      Mat

Pssst... Je suis sur la route !

Je vous emmène dans mes valises ?